Soutenance de thèse – Jean Milot

Jean Milot (Université Toulouse Jean-Jaurès) a soutenu sa thèse le lundi 19 décembre. Elle porte sur  l’Utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens : développement méthodologique et applications archéologiques.
Ce travail de thèse a été effectué au sein des laboratoires GET et TRACES de Toulouse, sous la direction de Franck Poitrasson et Sandrine Baron.

Composition du jury :

  • Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS, IRIMAT/CEA, Paris (rapporteur)
  • Béatrice Luais, Chargée de recherche CNRS, CRPG, Nancy (rapporteur)
  • Sabine Klein, Professeure, Goethe University, Francfort (rapporteur)
  • Didier Béziat, Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse (examinateur)
  • Christian Rico, Maître de conférences, Université Jean Jaurès, Toulouse (examinateur)
  • Anne-Marie Desaulty, Ingénieure au BRGM, Orléans (examinateur)
  • Franck Poitrasson, Directeur de recherche CNRS, GET, Toulouse (directeur de thèse)
  • Sandrine Baron, Chargée de recherche, TRACES, Toulouse (co-directrice de thèse)

Résumé :

L’objectif de ce travail de thèse a été de développer l’utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens, principalement ferreux. Notre approche méthodologique s’est articulée autour de trois axes majeurs. Le premier axe a consisté à étudier l’influence potentielle des processus métallurgiques sur la composition isotopique du fer des métaux produits. Pour cela, nous avons mesuré la composition isotopique du fer d’échantillons issus d’expérimentations de réduction de minerai de fer en bas fourneau, réalisées sur un site sidérurgique majeur de la période romaine (la Montagne Noire, Sud-Ouest de la France). Le second axe a eu pour objectif de valider ce nouveau traceur en mesurant la composition des isotopes du fer de minerais, scories et objets en fer issus d’un contexte archéologique connu et dont la provenance avait déjà été identifiée par des analyses élémentaires. Nous avons alors mesuré la composition des isotopes du fer de barres de fer principalement retrouvées dans des épaves romaines au large des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). Enfin, le troisième axe a eu pour vocation d’estimer la pertinence, mais aussi les limites de ce nouvel outil en l’appliquant à deux terrains archéologiques très différents, où aucune étude de traçage classique n’avait été utilisée précédemment. Ces deux terrains concernaient la sidérurgie ancienne au Togo et la production de plomb argentifère médiévale au Maroc.

Les résultats obtenus montrent que la composition isotopique du fer de la scorie et du métal produit est similaire à celle du minerai correspondant. Il n’y a donc pas de fractionnement des isotopes du fer tout au long de la chaîne opératoire de production de fer. De plus, et contrairement à certains traceurs élémentaires, les isotopes du fer ne sont pas contaminés par la paroi du four très pauvre en cet élément durant la réduction. Ceci permet ainsi d’établir des liens de provenance directs entre un objet en fer et un minerai. L’application de cette méthode de traçage à un contexte archéologique déjà largement étudié a permis de valider les hypothèses de provenance d’objets archéologiques. En outre, les isotopes du fer peuvent être plus discriminants que les éléments en trace car ils permettent notamment de différencier des productions de fer temporellement et géographiquement très proches. Le traçage est ainsi affiné. Enfin, nos résultats préliminaires suggèrent que les analyses des isotopes du fer pourraient également être appliquées à l’étude de la production de métaux non ferreux.

Cette étude offre ainsi de nombreuses perspectives, telles que l’étude de la provenance de pièces de musée étant donné la faible quantité de matière nécessaire, l’établissement d’une base de données de composition isotopique du fer de minerais archéologiques et l’élaboration d’une méthode de traçage commune aux métaux ferreux et non ferreux.

« Mines et mineurs du Rosemont » de F. Liebelin

Mines et mineurs du Rougemont, François Liebelin
« Mines et mineurs du Rosemont », de F. Liebelin

 

Le dernier ouvrage des Editions du Patrimoine Minier vient de paraître ! Totalement revu et complété, avec cartes à l’appui et références actuelles des archives par Pierre Fluck, David Bourgeois et François-Florimond Fluck.

A dévorer !

 

 

Pour mieux saisir toute l’aventure minière du Rosemont présentée pour la première fois en 1987 par François Liebelin.

En 1987, le regretté François Liebelin publiait « Mines et mineurs du Rosemont ». Ce fantastique érudit rassemblait dans ce livre la somme d’une décennie de recherches historiques acharnées, mises en adéquation en permanence avec les réalités du terrain. Nous avons entrepris de rééditer et de rénover ce livre. Car le « nouveau Liebelin » est un autre ouvrage, totalement revisité. Le presque millier de notes et références d’archives a été l’objet d’une révision totale par les soins d’un archiviste, David Bourgeois. Mais surtout, cette nouvelle édition mise sur la très haute qualité d’une illustration entièrement refaite. On y trouvera des cartes minières dessinées par un géographe, François-Florimond Fluck, une iconographie ancienne reproduite dans sa meilleure définition, une somme de nouveaux clichés photographiques des sites du Rosemont, des documents d’archives qui montrent à la fois leur message et la subtilité du grain du papier… Dès à présent, plongez dans l’exploration des fabuleuses mines d’argent renaissance de la retombée méridionale des Vosges !

365 pages 24 x 32 cm, entièrement en quadrichromie, couverture cartonnée. Prix : 38,50 €

BON DE COMMANDE

Nom, prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse e-mail ou tél. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Commande . . exemplaire(s) de “Mines et mineurs du Rosemont”.

Je viendrai le (les) retirer (après avoir pris RV ):

chez Pierre Fluck à Mulhouse (pierre.fluck@uha.fr)

chez Bernard Bohly à Soultz (bohly.b@wanadoo.fr)

chez Daniel Martin à Sigolsheim (daniel.martin.epm@gmail.com)

Workshop interdisciplinaire sur les mines – 8 nov 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du workshop « Regards croisés sur les trajectoires socio-environnementales des sites miniers actuels et passés ». Il se déroulera le 8 novembre 2016 au Pôle montagne, Campus de Savoie-Technolac, Le-Bourget-du-Lac (laboratoire EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc).

bandeau_tramines-01

L’objectif de cette journée est de croiser les regards disciplinaires sur cette problématique, en faisant se rencontrer des chercheurs de diverses disciplines (histoire, archéologie, sociologie, géographie, sciences de l’environnement, géosciences…). Les discussions porteront sur 4 axes principaux :

– Mise en place des exploitations et développement des sociétés autour des sites miniers

– Conflits, acceptabilité et territorialisation

– Héritage et impacts environnementaux et paysagers

– Problématiques socio-environnementales et patrimonialisation (relations chercheurs et acteurs)

Si vous êtes intéressés par cette journée, n’hésitez pas à vous inscrire sur le site internet du workshop avant le 3 novembre 2016 (inscription gratuite) :

https://workshopmines.sciencesconf.org/

Une session poster est également organisée, et si vous le souhaitez, vous pouvez proposer un poster en ligne.
Marie Forget, Magali Rossi, Xavier Bodin et Estelle Camizuli

Laboratoire EDYTEM

Université Savoie Mont-Blanc

Carnet Hypothèses