Archives par mot-clé : Publications

Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité

Titre : “Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité”

Auteur(s) : Lise Saussus (dir.), avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou

Lieu et date d’édition : Douai et Louvain-la-Neuve, 2019

Collection : Collection Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 277 pages

ISBN : 978-2-9567195-0-2 et 978-2-9302080-5-3

Prix : 30 € TVAC hors frais de port

Commander : craneditions@uclouvain.be

Sommaire : CAJM 17 Travailler le cuivre au XIIIe siècle

Résumé / Abstract :

De 1983 à 1987, une fouille archéologique rue Saint-Julien à Douai révèle un atelier et ses quelques milliers de déchets témoignant d’un travail du cuivre et de ses alliages au XIIIe siècle. Cette publication examine l’unité de production à la lumière des sources archéologiques, mais aussi de sources écrites et archéométriques. Elle présente le cadre de la découverte à l’échelle de la ville jusqu’à celle de la parcelle en s’intéressant à l’intégration des métiers du cuivre dans le tissu urbain. L’étude de la stratigraphie et des structures composant cet atelier dans un vaste espace de près de 1 000 m² précède l’analyse du mobilier métallurgique, des techniques variées, en particulier celles des réparations de vaisselle, mais aussi des alliages mis en œuvre. Enrichie par l’examen du travail du fer, associé à celui du cuivre, et d’une partie de la vaisselle en céramique consommée sur le site, l’étude illustre un de ces ateliers de proximité qui ont subsisté à côté des grands centres de production tels ceux de la vallée de la Meuse. Voué à l’entretien des vaisselles, enclin à répondre à des commandes variées, ce type d’ateliers actifs aux échelles locales, celles de la ville et de ses alentours, profite de la circulation des productions de masse mises sur le marché à une échelle globale.

 

From 1983 to 1987, an archaeological excavation along the rue Saint-Julien in Douai revealed a workshop and its several thousand pieces of waste, testifying to the work of copper and its alloys during the 13th century. In this book, the workplace is examined in the light of archaeological sources, but also of written and archaeometric sources. It presents the framework of the discovery from the global scale of the city to the particular plot by focusing on the integration of the metalworking professions into the urban fabric. The study of the stratigraphy and structures composing this workshop in a vast space of nearly 1,000 m² precedes the analysis of the metallurgical finds, of the various techniques, in particular those of cooking and table utensil’s repairs, but also of the alloys used. Enriched by the examination of the ironwork associated with the copperwork, and part of the ceramic tableware consumed on the site, the study illustrates one of these local workshops that have survived alongside major production centres, such as those in the Meuse valley. Dedicated to the maintenance of crockery, inclined to respond to various demands, this type of workshop, active at the local level of the city and its surroundings, benefits from the circulation of mass productions placed on the market on a global scale.

 

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500 : le temps des ruptures

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500 : le temps des ruptures

Actes du colloque international organisé les 11 et 12 décembre 2015 à Epinal et à Châtel-sur-Moselle
Édité par René Elter, Nicolas Faucherre

Entre équilibre et rupture, les années 1500 sont marquées par les « grandes découvertes », mais surtout par une effervescence artistique, intellectuelle et technologique qui va faire basculer l’Europe dans la modernité. Dans ce cadre, la brutale capacité du boulet métallique à faire brèche dans le mur va faire exploser, puis s’unifier, les réponses architecturales de la défense. Ces réponses souvent désuètes, parfois efficaces aux progrès de l’artillerie à poudre — maillons d’une inéluctable évolution corollaire aux ruptures administratives, financières, stratégiques et tactiques inhérentes — font montre d’un grand équilibre dans les formes d’architecture bellique produites.Le champ d’investigation de ce colloque porte précisément sur les expérimentations menées autour de 1500 en réponse à cette modernité de l’attaque. Les différentes communications présentées dans ce volume démontrent que ce mouvement de modernisation est général à l’ensemble des principautés et états européens, voire dans le monde ottoman, et qu’avant même la mise en place du système bastionné autour de 1530 qui va en réduire les coûts, la fortification avait standardisé ses pratiques pour intégrer le canon.

Édition Première édition
Éditeur Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine
Support Livre broché
Nb de pages 518 p.
ISBN-10 281430514X
ISBN-13 9782814305144

Cuivre, bronzes et laitons médiévaux. Actes du colloque de Dinan et Namur

Vient de paraître

Thomas Nicolas et Dandridge Pete (éd.), Cuivre, bronzes et laitons médiévaux : Histoire, archéologie et archéométrie des productions en laiton, bronze et autres alliages à base de cuivre dans l’Europe médiévale (12e-16e siècles). Medieval copper, bronze and brass: History, archaeology and archaeometry of the production of brass, bronze and other copper alloy objects in medieval Europe (12th-16th centuries), [Actes du colloque de Dinant et Namur, 15-17 mai 2014. Proceedings of the symposium of Dinant and Namur, 15-17 May 2014], Agence wallonne du Patrimoine, Namur, 2018, 416 p. (Études et documents, Archéologie ; 39).

ISBN : 978-2-39038-016-0

21,1 x 29,8 cm

416 p.

40 €

Téléchargez le sommaire ici.

“Quatre mille ans d’histoire du cuivre. Fragments d’une suite de rebonds”

Un nouvel un ouvrage collectif sur le cuivre :

QUATRE MILLE ANS D’HISTOIRE DU CUIVRE

Fragments d’une suite de rebonds

sous la direction de Michel Pernot

Il s’agit du premier volume de la collection THEA, co-éditée par Ausonius Editions et les Presses universitaires de Bordeaux.

Sommaire et détails à télécharger ici.

Une présentation du livre sera faite par Michel Pernot aux
‘Rendez-Vous de l’Histoire’ de Blois lors d’une conférence intitulée :
“Entre rôle fonctionnel et symbolique, 40 siècles d’usage du cuivre”
(vendredi 6 octobre à 17h30).

“Adventure in Iron” by B. G. Awty

Une publication prévue pour 2018 :

Adventure in Iron. 

The blast furnace and its spread from Namur to northern France, England and North America,1450-1640; a technological, political and genealogical investigation.

par Brian G. Awty

Cette recherche a joué un rôle essentiel dans la connaissance de la diffusion du procédé indirect d’élaboration du fer à partir de la fin du Moyen Âge. L’auteur (maintenant décédé) y a consacré plus de vingt ans, recueillant les données textuelles dans les dépôts d’archives de plusieurs pays (Royaume Uni, France, Belgique, etc.).

Plus d’informations sur le site internet du wealden iron research group.

Details of the book

The introduction of water-powered bellows in the manufacture of iron during the Middle Ages brought about a radical technological change. The taller furnace resulted in greater efficiency, with a much greater proportion of the iron extracted from the ore, but at least some of the iron produced was contaminated by carbon, and this cooled into a brittle cast iron, an apparently useless by-product, quite different from the intended wrought iron.

Gradually it became evident that cast iron could be put to use, like other metals such as lead and tin, by running it into moulds. At the same time a variety of techniques to ‘fine’, or eliminate its impurities were tried, so that useful wrought iron might again become the end product. The blast furnace was among the new processes that evolved. However, a satisfactory way of fining cast iron in large quantities, and making the ‘indirect method’ of iron production more practicable, evolved only in the 1440s. Such developments could not be accomplished without the craftsmen who were prepared to leave their homes and travel over land and sea, bringing with them skills which were handed down, sometimes across several generations, their techniques oft en being modified and improved in the process. These people are the heroes of this study.

In the very earliest period we know many of their names because it was to them that the leases of works were made, without the intervention of merchants or other procurers of capital. Although aft er around 1500 the names of technicians were replaced in leases and lawsuits by the names of forgemasters, oft en drawn from the ranks of landowners and merchants, the names of many of the individual workmen who carried the industry to England from northern France are preserved, found in the rolls of denization (naturalization) in the 1540s, when the threat of war with France made it expedient to order foreign nationals to become naturalized, or to quit the realm.

Contents (download detailed contents here)
Part I
1 Warfare and Water Power transform Ironworking
2 Ironworks in Namur and Burgundy
3 The First Walloon Migration
4 Ironworking in the Beauvaisis and Normandy
5 Henry VII and Ironfounding in the Weald
6 Expansion in the Weald up to 1525

Part II
7 Consolidation and the Manufacture of Cannon, 1525-1550
8 Wealden Iron to its Zenith and beyond its Borders, 1551-1575
9 Expansion throughout Britain and to America, 1575-1650

APPENDIX 1: Ironworkers listed in the denization rolls of 1541 and 1544
APPENDIX 2: Aliens in Lay Subsidy rolls of the Weald, 1524-1595

« La métallurgie du fer dans le Poitou »

La thèse de Guillaume Saint-Didier (HeRMA, EA 3811, université de Poitiers) vient d’être publiée dans la collection « Archéologie et culture » des Presses Universitaires de Rennes.

La sidérurgie a livré de nombreux vestiges archéologiques dans le Poitou ; une quarantaine de sites d’extraction du minerai de fer, et plus de 900 ateliers métallurgiques, identifiables grâce aux tas de scories qu’ils ont laissé (les ferriers), sont recensés sur ce territoire et sur ses marges immédiates. À l’aide d’indices, environ 250 d’entre eux ont été découverts à l’occasion des prospections menées il y a moins de dix ans dans le cadre d’un travail de doctorat.

Les ferriers sont très majoritairement de petites dimensions, ce qui semble témoigner d’une activité sidérurgique plutôt modeste, attestée du IIIe siècle av. J.-C. au XVe siècle. Si la phase de transformation du minerai en métal (la réduction) a livré de nombreux sites, celle de la post-réduction (forgeage) n’a permis d’inventorier que 29 forges connues ou supposées sur l’ensemble du territoire. Des analyses chimiques ont permis d’aborder la question de l’approvisionnement en minerai des ateliers.

Trois sites ont été étudiés de manière plus approfondie ; ils ont été choisis de manière à représenter l’ensemble de la période étudiée et différentes étapes de la chaîne opératoire. Le site de « La Basse-Flotte » à Saint-Cyr (Vienne), avec son unique fourneau de réduction directe à scories piégées (IIIe s. av. J.-C.), constitue le premier. L’atelier métallurgique médiéval de « La Chagnasse » à Viennay (Deux-Sèvres) est le second.

Enfin, la fouille de « La Petite-Ouche 2 » à Rom (Deux-Sèvres), où une activité de forgeage a été reconnue au début de la période romaine, correspond au troisième.

“Mines et mineurs du Rosemont” de F. Liebelin

Le dernier ouvrage des Editions du Patrimoine Minier vient de paraître ! Totalement revu et complété, avec cartes à l’appui et références actuelles des archives par Pierre Fluck, David Bourgeois et François-Florimond Fluck.

A dévorer !

Mines et mineurs du Rougemont, François Liebelin
“Mines et mineurs du Rosemont”, de F. Liebelin

Pour mieux saisir toute l’aventure minière du Rosemont présentée pour la première fois en 1987 par François Liebelin.

En 1987, le regretté François Liebelin publiait « Mines et mineurs du Rosemont ». Ce fantastique érudit rassemblait dans ce livre la somme d’une décennie de recherches historiques acharnées, mises en adéquation en permanence avec les réalités du terrain. Nous avons entrepris de rééditer et de rénover ce livre. Car le « nouveau Liebelin » est un autre ouvrage, totalement revisité. Le presque millier de notes et références d’archives a été l’objet d’une révision totale par les soins d’un archiviste, David Bourgeois. Mais surtout, cette nouvelle édition mise sur la très haute qualité d’une illustration entièrement refaite. On y trouvera des cartes minières dessinées par un géographe, François-Florimond Fluck, une iconographie ancienne reproduite dans sa meilleure définition, une somme de nouveaux clichés photographiques des sites du Rosemont, des documents d’archives qui montrent à la fois leur message et la subtilité du grain du papier… Dès à présent, plongez dans l’exploration des fabuleuses mines d’argent renaissance de la retombée méridionale des Vosges !

365 pages 24 x 32 cm, entièrement en quadrichromie, couverture cartonnée. Prix : 38,50 €

BON DE COMMANDE

Nom, prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse e-mail ou tél. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Commande . . exemplaire(s) de “Mines et mineurs du Rosemont”.

Je viendrai le (les) retirer (après avoir pris RV ):

chez Pierre Fluck à Mulhouse (pierre.fluck@uha.fr)

chez Bernard Bohly à Soultz (bohly.b@wanadoo.fr)

chez Daniel Martin à Sigolsheim (daniel.martin.epm@gmail.com)