Archives par mot-clé : Soutenance

Soutenance de thèse – Emmanuelle Meunier

Le 12 octobre 2018 à 14h, dans la salle D29 de la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, Emmanuelle Meunier soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Évolutions dans l’exploitation minière entre le second âge du Fer et le début de la période romaine dans le Sud-Ouest de la Gaule. Le cas du district pyrénéen à cuivre argentifère du Massif de l’Arize ».

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Jean-Paul Métailié (GÉODE) et Béatrice Cauuet (TRACES)

Télécharger l’invitation ici.

Télécharger le résumé de la thèse ici.

Soutenance de thèse – Nicolas Minvielle Larousse

Le 2 décembre 2017 à partir de 14h, dans la salle Paul-Albert Février de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence), Nicolas Minvielle-Larousse soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « L’âge de l’argent. Mines, société et pouvoirs en Languedoc médiéval« .

Le jury sera composé de :

  • Philippe Allée, Professeur des Universités, Université de Limoges, GEOLAB, UMR 6042 (codirecteur)
  • Marie-Christine Bailly-Maître, Directeur de Recherche Émérite au CNRS, LA3M, UMR 7298 (codirectrice)
  • Giovanna Bianchi, Professeur des Universités, Università di Siena
  • Luc Bourgeois, Professeur des Universités, Université de Caen, CRAHAM, UMR 6273
  • Hélène Débax, Professeur des Universités, Université de Toulouse Jean-Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136
  • Florent Hautefeuille, Maître de Conférences HDR, Université de Toulouse Jean-Jaurès, TRACES, UMR 5608
  • Catherine Verna, Professeur des Universités, Université Paris 8, EA 1571

Télécharger l’invitation ici.

Soutenance de thèse – Jean Milot

Jean Milot (Université Toulouse Jean-Jaurès) a soutenu sa thèse le lundi 19 décembre. Elle porte sur  l’Utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens : développement méthodologique et applications archéologiques.
Ce travail de thèse a été effectué au sein des laboratoires GET et TRACES de Toulouse, sous la direction de Franck Poitrasson et Sandrine Baron.

Composition du jury :

  • Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS, IRIMAT/CEA, Paris (rapporteur)
  • Béatrice Luais, Chargée de recherche CNRS, CRPG, Nancy (rapporteur)
  • Sabine Klein, Professeure, Goethe University, Francfort (rapporteur)
  • Didier Béziat, Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse (examinateur)
  • Christian Rico, Maître de conférences, Université Jean Jaurès, Toulouse (examinateur)
  • Anne-Marie Desaulty, Ingénieure au BRGM, Orléans (examinateur)
  • Franck Poitrasson, Directeur de recherche CNRS, GET, Toulouse (directeur de thèse)
  • Sandrine Baron, Chargée de recherche, TRACES, Toulouse (co-directrice de thèse)

Résumé :

L’objectif de ce travail de thèse a été de développer l’utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens, principalement ferreux. Notre approche méthodologique s’est articulée autour de trois axes majeurs. Le premier axe a consisté à étudier l’influence potentielle des processus métallurgiques sur la composition isotopique du fer des métaux produits. Pour cela, nous avons mesuré la composition isotopique du fer d’échantillons issus d’expérimentations de réduction de minerai de fer en bas fourneau, réalisées sur un site sidérurgique majeur de la période romaine (la Montagne Noire, Sud-Ouest de la France). Le second axe a eu pour objectif de valider ce nouveau traceur en mesurant la composition des isotopes du fer de minerais, scories et objets en fer issus d’un contexte archéologique connu et dont la provenance avait déjà été identifiée par des analyses élémentaires. Nous avons alors mesuré la composition des isotopes du fer de barres de fer principalement retrouvées dans des épaves romaines au large des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). Enfin, le troisième axe a eu pour vocation d’estimer la pertinence, mais aussi les limites de ce nouvel outil en l’appliquant à deux terrains archéologiques très différents, où aucune étude de traçage classique n’avait été utilisée précédemment. Ces deux terrains concernaient la sidérurgie ancienne au Togo et la production de plomb argentifère médiévale au Maroc.

Les résultats obtenus montrent que la composition isotopique du fer de la scorie et du métal produit est similaire à celle du minerai correspondant. Il n’y a donc pas de fractionnement des isotopes du fer tout au long de la chaîne opératoire de production de fer. De plus, et contrairement à certains traceurs élémentaires, les isotopes du fer ne sont pas contaminés par la paroi du four très pauvre en cet élément durant la réduction. Ceci permet ainsi d’établir des liens de provenance directs entre un objet en fer et un minerai. L’application de cette méthode de traçage à un contexte archéologique déjà largement étudié a permis de valider les hypothèses de provenance d’objets archéologiques. En outre, les isotopes du fer peuvent être plus discriminants que les éléments en trace car ils permettent notamment de différencier des productions de fer temporellement et géographiquement très proches. Le traçage est ainsi affiné. Enfin, nos résultats préliminaires suggèrent que les analyses des isotopes du fer pourraient également être appliquées à l’étude de la production de métaux non ferreux.

Cette étude offre ainsi de nombreuses perspectives, telles que l’étude de la provenance de pièces de musée étant donné la faible quantité de matière nécessaire, l’établissement d’une base de données de composition isotopique du fer de minerais archéologiques et l’élaboration d’une méthode de traçage commune aux métaux ferreux et non ferreux.