Séminaire Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance

Le prochain séminaire « Séminaire Technique et science du Moyen Âge à la Renaissance » se déroulera lundi 23 novembre 2020, de 17h à 19h.

Nous écouterons Philippe Bernardi (LAMOP) :

Recyclage, récupération et réemploi dans l’économie médiévale (et moderne…)

Philippe Bernardi présentera deux dossiers,

  • Enquête sur une  pratique ordinaire dans la Provence du XVe siècle.
  • La récupération  des matériaux de l’église paroissiale de Briançon (1692-1693).

Vous pouvez consulter une présentation du thème du séminaire et la bibliographie sur le site du séminaire :

https://techniqueetscience.wordpress.com

Le séminaire sera accessible par visioconférence. Si vous souhaitez le suivre, prenez contact avec Philippe Dillmann qui vous fournira le lien au plus tard le 22 novembre : philippe.dillmann@cea.fr

Colloque : L’EUROPE DES MATIÈRES PREMIÈRES AU 1ER MILLÉNAIRE AV. N. È. EXPLOITATION, TRANSFORMATION, DIFFUSION

L’EUROPE DES MATIÈRES PREMIÈRES AU 1ER  MILLÉNAIRE AV. N. È. EXPLOITATION, TRANSFORMATION, DIFFUSION
Le colloque se tiendra à Gijon en Espagne du 12 au 15 mai 2021.
Attention : les résumés sont attendus jusqu’au 20 octobre prochain.

F. Pierre et A. Wéber : « De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance »

“…a bien deux mille pas dans le creus d’une montaigne”
De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance

de Francis Pierre & Alain Wéber †
Préface du Prof. Dr. Rainer Slotta, ancien directeur du Deutsches Bergbau-Museum, Bochum

À l’extrême sud de la Lorraine sous les ballons de la chaîne vosgienne, au long de la Moselle naissante, les villages de Bussang, St-Maurice, Fresse, Le Thillot, Le Ménil, Ramonchamp, Ferdrupt et Rupt ont été le siège d’une économie montagnarde particulière. L’aventure commencée au milieu du XVIe siècle avec l’ouverture de mines d’argent se poursuit aux XVIIe et XVIIIe siècles par une métallurgie basée sur l’extraction du cuivre, puis l’exploitation du fer conclut le processus au milieu du XIXe siècle. Sur ce territoire façonné par les activités minières et métallurgiques, les traces et les vestiges souvent méconnus sont encore visibles, fréquemment cachés et protégés par la forêt.
Les études historiques et archéologiques menées par les membres de la Société d’Étude et de Sauvegarde des Anciennes Mines ont sorti de l’oubli une histoire et un patrimoine particulièrement originaux. Parmi ces originalités, la découverte archéologique des modalités de l’invention d’une nouvelle technique utilisant la poudre noire en mine au Thillot en 1617, a récemment placé ce site en référence internationale.

Téléchargez le flyer.

L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du colloque L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne , édité aux Presses universitaires de Caen sous la direction sous la direction d’Yves Henigfeld, Philippe Husi et Fabienne Ravoire.

C’est le XIe colloque de la Société d’archéologie médiévale, moderne et contemporaine (SAMMC), qui s’est déroulé à Bayeux en 2015.
Trente ans après le premier colloque de la Société d’Archéologie Médiévale, l’« objet » est de nouveau au cœur des questionnements : fabriquer, échanger, consommer, recycler.

Quatre sessions thématiques ont rassemblé des synthèses sur les différentes catégories d’objets telles que le verre, la céramique, le métal, et les matériaux organiques. Cliquez ici pour voir le sommaire.

Le volume est en vente en librairie et sur le site de vente en ligne Brepols.net

Offre de thèse : Notre-Dame, monuments historiques, ville et plomb

Voici une proposition de thèse dont le sujet est « Notre-Dame et monuments historiques : Tracer leur contribution actuelle et passée à la pollution au plomb de l’environnement parisien ». Vous trouverez les détails ici.

Pour candidater, contacter rapidement : Sophie Ayrault (sophie[point]ayrault[at]lsce[point]ipsl[point]fr) ET Sandrine Baron (sandrine[point]baron[at]univ[tiret6]tlse2[point]fr).

We are looking for one PhD student in the field of environmental geochemistry for the project:
« Notre-Dame-de-Paris and historic monuments: Tracing their current and past contribution to lead pollution of the Paris environment ». More details can be found here.

To applicate, send a CV, a cover letter, as well as the names and contact details of referees to Dr Sophie Ayrault and Dr Sandrine Baron : sophie[point]ayrault[at]lsce[point]ipsl[point]fr AND sandrine[point]baron[at]univ[tiret6]tlse2[point]fr.

 

Soutenance d’HDR de Caroline Robion-Brunner

Caroline Robion-Brunner a le plaisir de vous annoncer la soutenance de son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) le lundi 29 juin à 14h en distantiel.
Ce travail a pour titre « Fer et scorie: contribution des données sidérurgiques à l’histoire des sociétés ouest-africaines« .
Il sera présenté devant :
  • François-Xavier Fauvelle (garant; Collège de France, Paris),
  • Marie-Laure Derat (rapporteure; Orient & Méditerranée, Paris),
  • Nadine Dieudonné-Glad (rapporteure; Université de Poitiers),
  • Pierre de Maret (rapporteur; Université Libre de Bruxelles),
  • François Bon (examinateur; Université de Toulouse UT2J),
  • Vincent Serneels (examinateur; Université de Fribourg) et
  • Sonja Magnavita (examinatrice; Université de Bochum).
L’accès à la visioconférence pourra être donné à un nombre limité de personnes. Leur dispositif audio sera coupé pendant toute la soutenance.  Si vous souhaitez suivre la soutenance via Zoom, vous pouvez l’informer par mail caroline[point]robion[tiret6]brunner[at]univ[tiret6]tlse2[point]fr.

Thèse sur le plomb dans la construction

Vous trouverez ci-dessous une offre de sujet de thèse à pourvoir à l’université Paris 8 (en cotutelle avec Toulouse), portant sur « Le plomb dans la construction monumentale : usages, pratiques, approvisionnements (XIIe-XIXe siècles) » financée par le CNRS dans le cadre du chantier scientifique Notre-Dame.
Cette offre de thèse est publiée sur le portail du CNRS où se trouvent tous les détails sur la candidature et les pièces à fournir : https://emploi.cnrs.fr/Offres/Doctorant/UMR7041-MAXLHE-002/Default.aspx
La thèse débutera au 1er novembre 2020.
L’offre en français : ici
Offer in English : here

Conférences des Printemps de l’Archéologie 2019

En ces temps de confinement, l’association ArcheOlonnA a décidé  de mettre en ligne les conférences de la 1re édition des Printemps de l’Archéologie qui se sont déroulés il y a un an déjà à Saint-Dizier (Haute-Marne).

Dans les semaines à venir, d’ici à la mi-mai, le public aura l’occasion d’explorer trois thématiques : la paléogénétique, l’archéométallurgie et les Gaulois.

Deux conférences seront mises en ligne chaque lundi et deux chaque vendredi.

Pour accéder à la chaîne, il suffit de cliquer sur ce lien :

https://www.youtube.com/channel/UCp-zXMnTNdK9A1X784NdV8A/featured

Cette semaine et la suivante sont dévolues à l’archéométallurgie avec six conférences (mini-cycle concocté avec Marc Leroy)

       * Michel Pernot, sur l’histoire du cuivre et sur les artisans de la métallurgie ;

      * Vincent Serneels, sur l’apparition de la métallurgie en Afrique ;

      * Sylvain Bauvais, sur la production de fer en Gaule ;

      * Philippe Dillmann, sur l’utilisation du fer dans l’architecture des cathédrales ;

      * Danièle Arribet sur l’introduction du haut-fourneau en France.

Decès de Michel Mangin

C’est avec tristesse que nous avons reçu la nouvelle du décès de Michel Mangin, Président d’honneur de notre association, survenue samedi 14 mars à l’âge de 86 ans.
Pionnier sur les recherches en métallurgie du fer pour les périodes anciennes,  Michel était un des membres fondateurs du programme H27 sur « les mines et la métallurgie dans la France de l’Est de l’Antiquité à l’époque moderne », et fut le premier président de la future SAFEMM, au moment de la transformation de ce programme de recherche en association.
Bien qu’éloigné depuis quelques temps du monde la recherche, il suivait toujours avec passion nos activités par l’intermédiaire de notre bulletin. L’annonce de la réunion à Vallauria l’avait enthousiasmé. Il souhaitait nous y retrouver. 

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 10e séance

La 10e séance des Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se tiendra le jeudi 14 mai 2020 à la MSH Mondes de Nanterre entre 13h et 17h45 dans la salle 1 (Rez-de-jardin).

Au programme :

Économie du fer et techniques au Moyen Age en Lorraine à travers le prisme de l’archéologie et de l’analyse des matériaux

Alexandre Disser (Docteur en archéologie associé au LMC-IRAMAT – UMR5060)

Évolution des appareils de production du fer : l’exemple pyrénéen de Castel-Minier (fin XIIIe- mi-XVIe s.)

Florian Téreygeol (CNRS – LMC-IRAMAT – UMR5060)

Fer et plomb à Notre-Dame de Paris : les travaux en cours du Groupe de Travail métal du chantier scientifique CNRS/MC

Maxime L’Héritier (Université Paris 8 – ArScAn – UMR7041)

 

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), l’université de Paris 8 et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Nanterre / Université Paris 1 / MCC).

 

Contacts :

philippe.dillmann@cea.fr

maxime.l_heritier@univ-paris8.fr

gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :

http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

soutenance de thèse de Benjamin Jagou

Benjamin Jagou a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse de doctorat intitulée « L’usage du charbon de terre dans le Nord de la France jusqu’à l’époque moderne » réalisée sous la direction de Anne Nissen et le tutorat de Danielle Arribet-Deroin.

La soutenance aura lieu le mercredi 26 février 2020 à 14h à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris),

Devant un jury composé de :
– Danielle Arribet-Deroin, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Aline Durand, Professeure à l’Université du Mans
– Philippe Fluzin, Directeur de recherche au CNRS, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
– Anne Nissen, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Christophe Petit, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Dries Tys, Professeur à la Vrije Universiteit Brussel
– Catherine Verna, Professeure à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Téléchargez l’invitation

La soutenance sera suivie d’un moment de convivialité

 

Résumé

Les opérations d’archéologie préventive réalisées dans le Nord de la France depuis une dizaine d’années ont permis de mettre au jour des traces d’activités sidérurgiques utilisant le charbon de terre (plus communément connu sous l’appellation houille) comme ressource énergétique. Ces découvertes régionales ont permis de démontrer que cette pratique apparaissait dès la fin du iie siècle dans le Nord de la Gaule. L’étude des sources écrites, principalement médiévales, et la reprise des données archéologiques anciennes, ont montré qu’hormis le travail du fer, les activités de brasserie, de fabrication de chaux, de chauffage ou de teinturerie utilisaient également cette ressource fossile.

La mise en évidence de l’usage de ce combustible dans ces différentes productions artisanales a soulevé de nombreuses questions. En effet, on peut se demander quels sont les évènements et les causes qui ont abouti à un tel usage et quelles en ont été les conséquences ?

L’histoire antique et médiévale de ces territoires est marquée par une forte expansion économique et démographique durant le Haut Empire et tout au long du second Moyen Âge. Le développement des centres urbains a provoqué des besoins en terme d’espaces habitables, agricoles ou artisanaux. Il s’est en partie fait au détriment des zones forestières et a entraîné une pénurie du bois ainsi qu’une inflation des prix. Les artisanats les plus dépendants de cette ressource se sont alors retrouvés dans l’obligation de se tourner vers un combustible alternatif, le charbon de terre, afin de répondre à leurs besoins énergétiques.

Cette thèse met en lumière la chaîne opératoire du charbon de terre qui va de son extraction à sa consommation en passant par sa commercialisation. Des analyses archéométriques, associées aux données textuelles, ont permis de cerner trois possibles zones d’approvisionnement pour le Nord de la France : les îles Britanniques, le Borinage (région occidentale du Hainaut), et le Boulonnais. Cette recherche met également en lumière les différents circuits commerciaux (mode de circulation, organisation du commerce, etc.) empruntés par cette matière. Enfin, elle aborde la question de son utilisation par le prisme de la métallurgie du fer. Les nombreuses études paléométallurgiques réalisées sur un corpus constitué de vingt-six sites et couvrant l’ensemble des périodes chronologiques concernées ont permis de comprendre les effets que peuvent avoir l’utilisation de ce combustible fossile, tant sur les procédés techniques, la formation des rebuts, que sur la place de ces artisanats et leurs impacts environnementaux.

ANTHROPOLOGIE ET ARCHÉOLOGIE DU FER

Colloque international dans le cadre de l’exposition « Frapper le fer. L’art des forgerons africains »

mercredi 4 & jeudi 5 mars 2020 de 9h30 à 18h30
en accès libre sans réservation

Salle de cinéma, 37, quai Branly, Paris 7e
www.quaibranly.fr

Ce colloque a pour but de casser le mur érigé entre anthropologie, archéologie et histoire antique autour de la culture du fer.

Téléchargez le programme « Frapper le fer »

 

Comité scientifique :
Philippe Charlier, département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris
Xavier-François Fauvelle, chaire « Histoire et archéologie des mondes africains », Collège de France, Paris
Dominique Garcia, Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Paris
Laurent Olivier, Musée d’Archéologie Nationale (MAN), St-Germain-en-Laye
Caroline Robion-Bruner, Laboratoire TRACES – UMR5608, Université Toulouse – Jean Jaurès Maison de la Recherche

Coordination : Anna Gianotti Laban, responsable de la coordination des manifestations scientifiques, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris

Excursion « Trésors des Monts Métallifères de Saxe et de Bohême » du 10 au 16 mai 2020

MAJ : Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, cette excursion est reportée à une date ultérieure.

Excursion « Trésors des Monts Métallifères de Saxe et de Bohême » du 10 au 16 mai 2020 organisée par Pierre Fluck.

L’idée s’est imposée comme une évidence à notre « communauté » à l’occasion de l’Assemblée Générale de la SAFEMM à Calvi, en octobre 2019 : organiser au printemps 2020 une excursion sur le territoire du « Graal » de la culture minière : les Monts Métallifères de Saxe et de Bohême. Ce territoire, qui vient d’être classé au titre du patrimoine de l’UNESCO (juillet 2019… P. Fluck a été en 2018 l’expert chargé de visiter l’ensemble des sites et d’évaluer le projet), peut être considéré comme le véritable berceau de la « Province minière germanique », qui étendait son emprise des Carpates aux Vosges et à la bordure orientale du Massif Central Français. Le superlatif s’applique à toutes les merveilles qu’il nous sera donné de visiter en cette petite semaine de mai. Une sorte de pèlerinage à faire au moins une fois dans sa vie ! Parmi les très nombreuses gemmes patrimoniales, nous nous sommes efforcés d’en rassembler les plus significatives, visitables dans le temps des cinq jours que nous passerons sur place.
Le déplacement se fera en minibus (1 ou 2, selon le nombre d’inscrits) au départ de Mulhouse, ville-étape facilement accessible par TGV et tremplin idéal pour ces mines de rêve.
Nous serons accueillis là-bas par le prof. Helmuth Albrecht de l’Université de Freiberg, Mme Frierike Hansell et notre collègue tchèque Michal Urban (tous trois coordinateurs du dossier « patrimoine de l’UNESCO »).

Téléchargez le programme et le bulletin d’inscription :
SAFEMM – Fédé 2020 Programme excursion Monts Métallifères

Le métal : de la matière à l’objet

La journée d’étude  « Le métal : de la matière à l’objet »  aura lieu vendredi 17 janvier de 10h30 à 17h en salle RdJ 1 de la MAE

Organisation

Céline Hachem et Céline Tomczyk

Avec le soutien de Francis Prost (archéologie grecque) et Christophe Petit (archéologies environnementales)

Téléchargez le programme

Programme

10.30-11.15 Christophe Petit, « Paléo-pollutions, mines et productions métalliques en Morvan autour du site de Bibracte : comment identifier des zones de productions métallurgiques régionales?»

11.15-12.00 Céline Tomczyk, « Les mines de cuivre européennes au Chalcolithique et à l’âge du Bronze : localisation, production et réseaux d’export »

12.00-12.45 Kévin Costa, « Le Planet et son district miner ; traces inédites d’une métallurgie au Néolithique »

12.45-13.45 Pause Déjeuner

13.45-14.15 Céline Hachem, « La petite statuaire de bronze : étude technique des statuettes phéniciennes du Ier millénaire av. J.-C. »

14.15-15.00 Héloïse Frébault, « La vaisselle de bronze du sanctuaire d’Olympie (VIe-IVe siècle av. J.-C.) : État de la recherche et nouvelles perspectives »

15.00-15.45 Camilla Fattore « Les chevaux de bronze : techniques de production de la sculpture grecque du VIe au Ier siècle av. J.-C. »

15.45-16.30 Héloïse Anginot, « Études technologiques et archéométallurgiques des grands bronzes antiques : Méthodes appliquées aux statues équestres gallo-romaines »

16.30-17.00 Francis Prost « Conclusion de la journée »

Un atelier d’orfèvre autour de l’an mil. Travail du cuivre, de l’argent et du fer à Oostvleteren (Flandre occidentale, Belgique)

Titre : « Un atelier d’orfèvre autour de l’an mil. Travail du cuivre, de l’argent et du fer à Oostvleteren (Flandre occidentale, Belgique) »

Auteur(s) : Lise Saussus et Nicolas Thomas (dir.), avec la collaboration de Maarten Bracke, Éric Goemaere, Thierry Leduc, Dries Tys, Laurent Verslype & Nolwenn Zaour

Lieu et date d’édition : Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2019.

Collection : Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVIII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 262 pages et 155 illustrations

ISBN : 978-2-87558-879-1

Prix : prix de lancement pour les particuliers : 35 € TVAC hors frais de port (livre imprimé). Prix de l’éditeur : 43,50 € (livre imprimé) et 29 € (eBook).

Pour commander et bénéficier du prix de lancement (35 € pour les particuliers) : contacter craneditions@uclouvain.be

Téléchargez le sommaire.

 

Résumé / Abstract :

En 2014, les fouilles archéologiques préventives réalisées par Monument Vandekerckhove aux abords du village d’Oostvleteren (Flandre occidentale) ont révélé les vestiges d’un atelier métallurgique daté entre la fin du Xe et le début du XIe siècle. Établi aux confins du pagus de l’Yser, le domaine de Fletrinio in pago Isseretio est caractéristique des propriétés qui se développent dans la plaine maritime flamande à cette période. Le travail conjoint des alliages à base de cuivre et de l’argent ainsi que du fer y met en exergue le rôle économique et l’importance sociale du site dont le noyau d’habitat, doté d’une église, est tôt adossé à une résidence castrale. Une unique fosse témoigne de cet atelier dont les nombreux déchets ont été étudiés à l’aide de méthodes qualitatives et quantitatives. Ils éclairent les différents aspects de la production et permettent d’en apprécier l’intensité. Les techniques de fonderie et de l’affinage de l’argent par coupellation, la qualité et la provenance des terres utilisées, les alliages mis en œuvre, les indices de l’élaboration du laiton par cémentation, ainsi que le répertoire des objets fabriqués sont mis en lumière, comblant une lacune pour la période et la région. Prenant en compte les enjeux environnementaux et définissant le cadre historique, étroitement corrélés, la polyvalence d’un artisan, sa sédentarité, sa mobilité voire son origine sont mises en question. Il en ressort que, dans un environnement favorable aux échanges maritimes et commerciaux, l’atelier d’Oostvleteren a produit de petites séries d’objets de la parure, très probablement liée à l’équipement du cheval et du cavalier, au bénéfice d’une clientèle privilégiée.

In 2014, archaeological excavations in advance of development were carried out by Monument Vandekerckhove nv at the edge of the village of Oostvleteren (West Flanders). They revealed the remains of a medieval metallurgical workshop dating from the late 10th to early 11th centuries. Established on the outskirts of the pagus of the Yser, the estate of Fletrinio in pago Isseretio is typical of the Flemish maritime plain during this period. The working of copper-based alloys, silver and also iron highlights the economic role and the social importance of the site whose centre, with its church, had an early castle next to it. The finds from a single pit provide evidence of the activity of the workshop, and they were studied using both qualitative and quantitative methods. They shed light on the different aspects of production and its intensity. The techniques of casting and of silver refining by cupellation, the quality and provenance of the clay and the alloys used, the evidence of brass cementation, as well as the range of objects produced are filling a gap in our knowledge for the period and the area. Taking into account the related environmental issues and historical framework, the multiple skills of the craftsman are considered, as are his origins and whether he was settled or itinerant. It appears that in an environment favourable to maritime and commercial exchanges, the Oostvleteren workshop produced small series of decorative objects, most probably harness fittings and riding equipment for a privileged clientele.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search