Soutenance d’hdr de Sandrine Baron

Sandrine Baron a le plaisir de vous convier à sa soutenance
d’Habilitation à Diriger des Recherches intitulée
« Référentiels miniers et métallurgiques pour le traçage des
métaux aux périodes anciennes »

le 18 juin 2019 à 9h30
salle D29
Maison de la Recherche
Université de Toulouse Jean Jaurès

Informations et accès dans le fichier joint.

Résumé
En archéologie, les recherches menées pour retrouver l’origine des métaux n’accordent bien souvent que peu d’attention à l’étude des gisements. Retrouver l’origine géographique d’un objet s’effectue donc par la mobilisation de plusieurs bases de données de minerais sans analyse critique de ces dernières. Un district minier résulte d’une histoire géologique pouvant être très complexe et sa signature n’est pas unique. Elle est également conditionnée par les choix opérés par les Anciens durant l’exploitation minière. Par ailleurs, les
déchets métallurgiques sont peu utilisés alors que ces derniers traduisent la signature d’une production métallique dans une région et un contexte archéologique donné. Par conséquent, la plupart des études de provenance ne peuvent, au mieux, qu’exclure des aires géographiques et en proposer plusieurs autres
potentielles.
La démarche interdisciplinaire proposée ici fait intervenir l’archéologie minière et métallurgique, l’histoire, la géologie et la géochimie (élémentaire et isotopique). Les objectifs majeurs sont i) de contraindre au mieux les limitations qui viennent d’être évoquées et ii) d’aborder les études de provenance en lien avec
des hypothèses archéologiques et historiques de départ.
La sélection de travaux de recherche présentée ici montre tout l’intérêt de centrer les études sur les districts miniers et métallurgiques. La signature d’une ancienne production métallique est sensiblement affinée et il est possible d’identifier des chaînes opératoires locales, d’estimer l’impact de ces dernières sur le traceur
choisi et de mettre en lumière la gestion des ressources à l’échelle d’un territoire. Par ailleurs, la caractérisation de ces activités minières et métallurgiques anciennes permet de mieux discriminer les pollutions métalliques produites localement et d’estimer leurs contributions respectives dans le budget total de l’environnement actuel et ancien.
Ces recherches seront amenées à s’étendre vers d’autres territoires miniers et métallurgiques en France et à l’étranger mais aussi vers d’autres matériaux nécessitant de nouvelles méthodes et approches.
La caractérisation multi isotopique sera, si possible, rendue systématique. De nouveaux modes de prélèvement seront testés sur certains matériaux afin de permettre la mesure d’isotopes en haute résolution. L’avenir du traçage des matériaux archéologiques réside dans le croisement de différents traceurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.