Tous les articles par Maxime L'Héritier

Rencontres SAFEMM 2019 à Calvi

La rencontre de la SAFEMM 2019 et l’assemblée générale se tiendront à Calvi en Haute-Corse du mardi 22 au dimanche 27 octobre.

Le groupe sera accueilli à Calvi, sur la côte occidentale, à proximité de la mine de l’Argentella qui fera l’objet d’une journée de visite pendant cette rencontre annuelle. Prévoyez si vous le pouvez d’amener un casque. Ce séjour sera aussi l’occasion de visiter des lieux et des monuments de Balagne, tels que la citadelle de Calvi, des tours génoises, le castellu de Bracaggio et les villages de Sant Antonino et Corbara.

Les journées se dérouleront au centre de conservation et de restauration du patrimoine mobilier de Corse installé au fort Charlet à Calvi. L’hébergement est prévu au Relais International de la Jeunesse U Carabellu situé lui aussi à Calvi.

 

Programme 

Communications au CCRPMC, et les repas du soir et l’hébergement au RIJ

 

Mardi 22 octobre

17h00 – Accueil des participants au RIJ

 

Mercredi 23 octobre

  • Matin – communications

8h30 – Ouverture de la réunion par Laurent Sévègnes, Conservateur Régional de l’Archéologie, en présence de représentants de la Collectivité de Corse, L’actualité des dernières découvertes archéologiques en corse

9h00 – François MAGAR, La métallurgie du fer en Alsace, nouvelles datations et esquisse d’une chronologie

9h20 – Bernard BOHLY, La mine Reichenberg à Wegscheid (Haut-Rhin) aux XVe et XVIe siècles

 9h40 – René COLAS, Organisation d’un pompage et redécouverte d’un système de pompage intacte du 16-18éme, le Puits Mathis (Lalaye, 67) classé monument historique

10h00 – Pause-café

10h30 – Maxime L’HERITIER, Le chantier Notre-Dame et les recherches sur le métal

10h50 – Pierre FLUCK, Mines, laveries, fonderies : le théâtre d’une minéralogie de l’Anthropocène

 11h10 – Patrick CLERC, Premier bilan de la fouille programmée de la Mine médiévale Patris à Ste.Marie-aux-Mines (Alsace) 2015-2019

 Repas du midi – Au CCRPMC ou sur la plage en fonction de la météo.

13h30 – 14h15 Florian LELEU (Arkemine), Présentation des Mines de l’Argentella

14h15 – 15h00 Christina Mamaloukaki (EPHE), Les installations pour la préparation mécanique des minerais à l’Argentella et au Laurion, portant le cachet de Huet et Geyler.

15h00 – 15h45 François Warichet (Université de Liège), Nathalie Fagel (Université de Liège), Matthieu Ghilardi (CRCN CNRS UMR 7330 CEREGE), Étude minéralogique et géochimique d’une séquence sédimentaire de la baie de Crovani : variabilité naturelle et contamination anthropique

15h45 – 16h00 Pause

16h00 – 16h45 Kewin Peche Quilichini (ASM, UMR5140, INRAP Méditerranée), Les métallurgies de l’âge du Bronze de Corse

16h45 – 17h30 Pierre-Joseph Comiti (collectivité de Corse, service recherche/inventaire), Les forge à bas foyer selon les méthodes corse et catalane : étude comparative

 19h00 Repas du soir au RIJ

 _________________________________________________

 Jeudi 24 octobre

8h30 – Départ pour la visite des mines l’Argentella – à 30 min en voiture de Calvi – covoiturage

Visite de la laverie, et du secteur de Valle Calde.

Pour les plus sportifs montée jusqu’à la grande tranchée et visite des galeries de l’Argentella.

Prévoir des chaussures de randonnée

Le repas pourra être pris soit au barrage soit sur la plage.

Séance de travail possible au RIJ en fonction de l’heure de retour.

_________________________________________________

Vendredi 25 octobre

  • Matin – communications SAFEMM

 8h30 – Muriel MELIN (UMR 6566), Adrien ARLES (Arkemine, UMR 5060 IRAMAT), Arnaud COUTELAS (Arkemine, UMR 8546 AOrOc), Julien FLAMENT (UMR 5060 IRAMAT), Guillaume ROGUET (Université Paris I), Un atelier spécialisé de fonte du Bronze final IIb-IIIa à Aubervilliers (Seine-St-Denis)

8h50 – Noël HOULES, Le niveau -14 m de la mine de Pioch-Farrus à Cabrières, Hérault

9h10 – Béatrice CAUUET, L’extraction des non ferreux (Ag, Sn) chez les Eduens

9h30 – Elodie HUBERT, L’aurière gauloise de la Camp du Puech (Lacapelle-del-Fraisse, Cantal)

9h50 – Pause-café

10h20 – Bruno ANCEL, Miniere de Vallauria : données historiques et archéologique de l’exploitation souterraine (1750-1930)

10h40 – Nicolas MINVIELLE, Sarah LAURENT et al., Les vestiges médiévaux du Minier au Viala-du-Tarn (Aveyron) : prospection, exploration, bâti et archives

11h00 Repas – Au CCRPMC ou sur la plage en fonction de la météo

  • Après-Midi

 13h00 – Visite du CCRPMC par Sarah LEBERRE ALBERTINI

15h00 – Assemblée Générale de la SAFEMM (au CCRPMC ou au RIJ)

 Repas du soir au RIJ

 _________________________________________________

Samedi 26 octobre

  • Visite du castellu de Bracaggio – 2h de marche
  • Pique-nique au castellu ou à Occi
  • Visite de Corbara
  • Visite de Sant Antonino

 _________________________________________________

Dimanche 27 octobre

  • Visite de la citadelle et de tours génoises

DARA 47 : L’entreprise minière de Brandes, XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans (Isère).

Vient de paraître le DARA 47 intitulé  “L’entreprise minière de Brandes, XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans (Isère). Extraction et transformation de minerais argentifères ”  sous la direction de Marie-Christine Bailly-Maître aux éditions de l’ALPARA.  

Présentation

L’objectif premier de cet ouvrage est de publier l’ensemble de la chaîne opératoire qui conduit de l’extraction du minerai jusqu’à la phase ultime d’enrichissement, c’est-à-dire le lavage. L’approche est
à la fois historique, archéologique et archéométrique. Historique grâce à une relecture de l’ensemble des textes relatifs à Brandes, à partir d’un corpus enrichi par une recherche systématique dans des fonds encore non explorés, notamment en l’élargissant à l’ensemble du massif de l’Oisans, à la politique minière et monétaire des Dauphins et en intégrant les archives de la prévôté d’Oulx conservées aux archives de Turin (Italie). Cette documentation ne concerne past ricto sensu la chaîne opératoire du traitement minéralurgique, mais elle permet de mieux connaître le site dans son ensemble et d’en appréhender l’importance. Archéologique, grâce à la fouille d’une partie importante du quartier industriel qui occupe l’extrémité occidentale du site. Les campagnes de terrain de ces quinze dernières années ont apporté des informations inédites sur le traitement du minerai grâce à la découverte des ateliers, des outils et des déchets correspondant aux différentes étapes de la chaîne opératoire. Un moulin hydraulique destiné au broyage du minerai, premier du genre fouillé et étudié pour le Moyen Âge, a été mis au jour. Il est désormais possible de proposer une restitution de l’organisation et du fonctionnement du quartier industriel. Archéométrique, enfin, car des analyses ont été réalisées sur les minerais, sur les déchets de minéralurgie comme les sables de lavage, etc. La collaboration avec des géologues et des archéomètres a considérablement élargi le champ des connaissances.
Pour autant, si l’essentiel de cet ouvrage est consacré à la chaîne opératoire du traitement d’un minerai polymétallique argentifère, il contient aussi les dernières avancées relatives à l’agglomération minière. En 1994, un premier volume de la collection des DARA faisait le point sur cette agglomération et sur les chantiers extractifs. Il a paru intéressant de contextualiser les acquis les plus récents en reprenant en partie certains aspects de l’agglomération et de la mine, ceci afi n de montrer à quel point Brandes est une cité ouvrière et combien ceux qui l’habitent sont au service de l’entreprise minière.

Pour passer commande, rendez-vous sur ce lien ou par mail ! 

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale – BIAMA n° 27

Minvielle Larousse N., M.-C. Bailly-Maître, et G. Bianchi (ed.), Les métaux précieux en Méditerranée médiévale. Exploitations, transformations, circulations : actes du colloque international d’Aix-en-Provence, 6-8 octobre 2016, Aix-en-Provence, Centre Camille-Jullian / Presses Universitaires de Provence, coll.« Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine », n˚ 27, 2019, 348 p. ISBN 979-10-320-0230-8

Présentation :
Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque international tenu à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence les 6, 7 et 8 octobre 2016. Organisée par le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (CNRS, Aix-Marseille Université) et par le Dipartimento di Scienze Storiche e dei Beni Culturali de l’Université de Sienne, cette rencontre a réuni près de cinquante spécialistes du Moyen Âge – archéologues, historiens, géochimistes – autour des métaux précieux en Méditerranée.

Ce livre entend examiner un long processus qui s’étend de l’extraction des minerais jusqu’à la diffusion des métaux, en articulant les techniques aux sociétés et aux pouvoirs. Le panorama des principaux lieux de la production, ici présenté sous forme de synthèses régionales, côtoie des études qui suivent les différentes phases de ce processus, de façon à confronter les sources, les approches et à faciliter les comparaisons. L’enquête se focalise enfin sur les circulations des métaux, en mettant en évidence les problèmes de sources et de méthodes que cela induit, tout en proposant des relectures historiographiques fondées sur les résultats de travaux récents.

Pour la première fois, la Méditerranée médiévale fournit le cadre géographique d’une réflexion collective consacrée aux productions et circulations des métaux précieux. Au-delà du simple bilan de connaissances, ce livre entend finalement proposer quelques jalons pour une histoire comparée et connectée : l’approfondissement, puis la confrontation d’enquêtes monographiques et régionales offrent dans cette optique de fécondes perspectives pour les années à venir.

Table des matières

Colloque ICA II Expérimentation ab initio et analogie : apport de l’archéologie expérimentale à la fouille et aux études de mobilier

Colloque ICA II du 26 septembre au 1er octobre 2019

lien : https://metallurgy-ica.wixsite.com/ica2

Au cours du colloque, les intervenants présenteront les sites archéologiques sur lesquels sont pratiqués des travaux d’archéologie expérimentale. Il s’agira également de créer un lieu de rencontre et de dialogue entre chercheurs afin de créer de nouvelles synergies interdisciplinaires, en laissant en particulier une grande place aux équipes qui souhaiteraient entamer une démarche expérimentale. La première journée sera dédiée au monde égyptien et soudanais, en connexion avec Sorbonne Université et l’UMR 8167 du CNRS (Orient & Méditerranée, équipe Mondes Pharaoniques). Les deux jours suivant se concentreront sur les aspects méthodologiques, les missions de fouilles hors Égypte ou Soudan, des thématiques spécifiques et les recherches menées par les laboratoires dont le LAPA comme acteur principal à l’université MSH Paris-Saclay.Enfin, quatre jours d’expérimentation se dérouleront  à Melle, sur la plateforme expérimentale des Mines d’Argent.

ICA I, Studies in Experimental Archaeometallurgy : Methodological Approaches from Non-Ferrous Metallurgies

This volume brings together a range of methodological approaches to the study of ancient metallurgy, all of which draw on experimental archaeology to an important degree. The integration of archaeological excavation, archaeometry and experimental archaeology in a holistic research framework for archaeometallurgy is thus developed from different perspectives to illustrate its potential as a research tool in ancient technology studies.

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 9e séance

La 9e séance des RIMs (Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux) consacrée à la thématique de la mise en oeuvre du métal dans les charpentes et dans les couvertures se tiendra le jeudi 10 octobre 2019 entre 13h et 17h45. 

Adresse : INHA, 2 rue Vivienne, Paris, Salle André Chastel

Au programme (téléchargez ici les résumés des communications) :

Le savoir fer d’une charpente en bois dans les grands édifices médiévaux et modernes belges.
Christophe Maggi (Institut Royal du Patrimoine Artistique, Bruxelles, Belgique)

Charpentes métalliques dans les églises belges (1840-1940) : avènement, évolution et contextualisation
Romain Wibaut (Département Architectural Engineering de la Vrije Universiteit Brussel & Département Architecture de la faculté Engineering Science de la KU Leuven, Belgique)

Observer, reproduire et réinventer : la couverture en plomb chez Eugène Viollet-le-Duc
Stéphanie Diane Daussy (Laboratoire Archéologie et Archéométrie, CNRS UMR 5138, Lyon, France)
Arnaud Timbert (Université Picardie Jules-Verne, TrAme EA 4284, Amiens, France)

Entre corrosion et décors : caractériser les polychromies sur les plombs de couverture
Aurélia Azéma (Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, Pôle métal, CRC USR 3224, Champs-sur-Marne, France)  

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :
philippe.dillmann@cea.fr
maxime.l_heritier@univ-paris8.fr
gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :
http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

Soutenance d’hdr de Sandrine Baron

Sandrine Baron a le plaisir de vous convier à sa soutenance
d’Habilitation à Diriger des Recherches intitulée
« Référentiels miniers et métallurgiques pour le traçage des
métaux aux périodes anciennes »

le 18 juin 2019 à 9h30
salle D29
Maison de la Recherche
Université de Toulouse Jean Jaurès

Informations et accès dans le fichier joint.

Résumé
En archéologie, les recherches menées pour retrouver l’origine des métaux n’accordent bien souvent que peu d’attention à l’étude des gisements. Retrouver l’origine géographique d’un objet s’effectue donc par la mobilisation de plusieurs bases de données de minerais sans analyse critique de ces dernières. Un district minier résulte d’une histoire géologique pouvant être très complexe et sa signature n’est pas unique. Elle est également conditionnée par les choix opérés par les Anciens durant l’exploitation minière. Par ailleurs, les
déchets métallurgiques sont peu utilisés alors que ces derniers traduisent la signature d’une production métallique dans une région et un contexte archéologique donné. Par conséquent, la plupart des études de provenance ne peuvent, au mieux, qu’exclure des aires géographiques et en proposer plusieurs autres
potentielles.
La démarche interdisciplinaire proposée ici fait intervenir l’archéologie minière et métallurgique, l’histoire, la géologie et la géochimie (élémentaire et isotopique). Les objectifs majeurs sont i) de contraindre au mieux les limitations qui viennent d’être évoquées et ii) d’aborder les études de provenance en lien avec
des hypothèses archéologiques et historiques de départ.
La sélection de travaux de recherche présentée ici montre tout l’intérêt de centrer les études sur les districts miniers et métallurgiques. La signature d’une ancienne production métallique est sensiblement affinée et il est possible d’identifier des chaînes opératoires locales, d’estimer l’impact de ces dernières sur le traceur
choisi et de mettre en lumière la gestion des ressources à l’échelle d’un territoire. Par ailleurs, la caractérisation de ces activités minières et métallurgiques anciennes permet de mieux discriminer les pollutions métalliques produites localement et d’estimer leurs contributions respectives dans le budget total de l’environnement actuel et ancien.
Ces recherches seront amenées à s’étendre vers d’autres territoires miniers et métallurgiques en France et à l’étranger mais aussi vers d’autres matériaux nécessitant de nouvelles méthodes et approches.
La caractérisation multi isotopique sera, si possible, rendue systématique. De nouveaux modes de prélèvement seront testés sur certains matériaux afin de permettre la mesure d’isotopes en haute résolution. L’avenir du traçage des matériaux archéologiques réside dans le croisement de différents traceurs.

Table ronde – LE TRAVAIL DU MÉTAL DANS L’ANTIQUITÉ 27 AVRIL 2019 – CHAUVIGNY (86)

Co-organisée avec la SRAC et Instrumentum (groupe européen de travail sur l’artisanat)
Ouverte à tou.te.s – Inscription obligatoire
voir programme et bulletin d’inscription ci-dessous

La rencontre entre des hommes et “du cuivre” débute certainement par son emploi pour la parure du corps il y a environ 5 000 ans. Plus tard, c’est avec l’augmentation des quantités en circulation, et la mise en oeuvre d’alliages, que débutent les fabrications d’outils, d’armes et de vases. En dépit de la découverte d’autres métaux à partir du 15e siècle, le parcours fonctionnel du cuivre comme son inscription dans le champ symbolique se poursuit jusqu’à nos jours.
Michel Pernot, spécialiste du cuivre, qui vient de faire paraître “Quatre mille ans d’histoire du cuivre” sous-titré “Fragments d’une suite de rebonds” présidera cette table ronde consacrée au travail du métal à partir de recherches récentes ou en cours.

Téléchargez le programme et la fiche d’inscription

Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité

Titre : “Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité”

Auteur(s) : Lise Saussus (dir.), avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou

Lieu et date d’édition : Douai et Louvain-la-Neuve, 2019

Collection : Collection Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 277 pages

ISBN : 978-2-9567195-0-2 et 978-2-9302080-5-3

Prix : 30 € TVAC hors frais de port

Commander : craneditions@uclouvain.be

Sommaire : CAJM 17 Travailler le cuivre au XIIIe siècle

Résumé / Abstract :

De 1983 à 1987, une fouille archéologique rue Saint-Julien à Douai révèle un atelier et ses quelques milliers de déchets témoignant d’un travail du cuivre et de ses alliages au XIIIe siècle. Cette publication examine l’unité de production à la lumière des sources archéologiques, mais aussi de sources écrites et archéométriques. Elle présente le cadre de la découverte à l’échelle de la ville jusqu’à celle de la parcelle en s’intéressant à l’intégration des métiers du cuivre dans le tissu urbain. L’étude de la stratigraphie et des structures composant cet atelier dans un vaste espace de près de 1 000 m² précède l’analyse du mobilier métallurgique, des techniques variées, en particulier celles des réparations de vaisselle, mais aussi des alliages mis en œuvre. Enrichie par l’examen du travail du fer, associé à celui du cuivre, et d’une partie de la vaisselle en céramique consommée sur le site, l’étude illustre un de ces ateliers de proximité qui ont subsisté à côté des grands centres de production tels ceux de la vallée de la Meuse. Voué à l’entretien des vaisselles, enclin à répondre à des commandes variées, ce type d’ateliers actifs aux échelles locales, celles de la ville et de ses alentours, profite de la circulation des productions de masse mises sur le marché à une échelle globale.

 

From 1983 to 1987, an archaeological excavation along the rue Saint-Julien in Douai revealed a workshop and its several thousand pieces of waste, testifying to the work of copper and its alloys during the 13th century. In this book, the workplace is examined in the light of archaeological sources, but also of written and archaeometric sources. It presents the framework of the discovery from the global scale of the city to the particular plot by focusing on the integration of the metalworking professions into the urban fabric. The study of the stratigraphy and structures composing this workshop in a vast space of nearly 1,000 m² precedes the analysis of the metallurgical finds, of the various techniques, in particular those of cooking and table utensil’s repairs, but also of the alloys used. Enriched by the examination of the ironwork associated with the copperwork, and part of the ceramic tableware consumed on the site, the study illustrates one of these local workshops that have survived alongside major production centres, such as those in the Meuse valley. Dedicated to the maintenance of crockery, inclined to respond to various demands, this type of workshop, active at the local level of the city and its surroundings, benefits from the circulation of mass productions placed on the market on a global scale.

 

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500 : le temps des ruptures

Fortification et artillerie en Europe autour de 1500 : le temps des ruptures

Actes du colloque international organisé les 11 et 12 décembre 2015 à Epinal et à Châtel-sur-Moselle
Édité par René Elter, Nicolas Faucherre

Entre équilibre et rupture, les années 1500 sont marquées par les « grandes découvertes », mais surtout par une effervescence artistique, intellectuelle et technologique qui va faire basculer l’Europe dans la modernité. Dans ce cadre, la brutale capacité du boulet métallique à faire brèche dans le mur va faire exploser, puis s’unifier, les réponses architecturales de la défense. Ces réponses souvent désuètes, parfois efficaces aux progrès de l’artillerie à poudre — maillons d’une inéluctable évolution corollaire aux ruptures administratives, financières, stratégiques et tactiques inhérentes — font montre d’un grand équilibre dans les formes d’architecture bellique produites.Le champ d’investigation de ce colloque porte précisément sur les expérimentations menées autour de 1500 en réponse à cette modernité de l’attaque. Les différentes communications présentées dans ce volume démontrent que ce mouvement de modernisation est général à l’ensemble des principautés et états européens, voire dans le monde ottoman, et qu’avant même la mise en place du système bastionné autour de 1530 qui va en réduire les coûts, la fortification avait standardisé ses pratiques pour intégrer le canon.

Édition Première édition
Éditeur Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine
Support Livre broché
Nb de pages 518 p.
ISBN-10 281430514X
ISBN-13 9782814305144

Conférence NAHMO 2019

Appel à communication.

Conférence accueillie par le Cambrian Mines Trust du 4 au 8 Juillet 2019 à Llanafan, Ceredigion, Mid-Wales

Sujets :
Mine exploration as a research tool – applications in mining history, geology and archaeology
Mine exploration, using speleological techniques, takes the researcher into a new and potentially rewarding aspect of mining history and archaeology. It also provides a very different view of the geology and mineralogy to that seen at surface.


The lecture programme at NAMHO 2019 seeks to provide an insight into the research potential for mine exploration and those who use their speleological / caving skills to access abandoned mines.

Les propositions de communication peuvent être envoyées à à Peter Claughton :  P.F.Claughton@exeter.ac.uk

Hommes et travail du métal dans les villes médiévales : 35 ans après

Colloque international en hommage au professeur Paul Benoit

Paris, 12 et 13 septembre 2018

Le colloque Hommes et travail du métal dans les villes médiévales : 35 ans après aborde les métallurgies du fer, du cuivre, de l’étain, du plomb et des métaux précieux, productrices d’une grande variété d’objets nécessaires à la vie urbaine à la fin du Moyen Âge. La nature, le volume et l’éventuelle
standardisation des productions pourront être étudiés, de même que les besoins de la ville, les pratiques et les techniques des artisans, leurs savoirs et leurs savoir-faire. Les relations entre les métiers et entre les artisans eux-mêmes pourront être examinées, comme les liens de dépendances, la pluriactivité, les réseaux de sociabilités ou encore les relations de proximité dans l’espace urbain. L’identité et la réglementation de ces métiers, leur insertion dans la société urbaine, les rapports avec l’espace rural environnant et avec les autres villes pourront également être revisités. Ces journées auront un caractère interdisciplinaire, favorisant le dialogue entre les historiens et archéologues et l’archéométrie, sans exclure les approches
anthropologiques de l’apprentissage et des savoir-faire. 

Les propositions de communications, rédigées en français ou en anglais, avec titre, affiliation et coordonnées de l’auteur devront être adressées par courriel à lisesaussus@gmail.com, sous la forme d’un texte de 2 500 signes maximum, espaces compris, au format Word. Les propositions seront soumises au comité scientifique.
Date limite pour la réception des propositions : 15 mars 2019.

Jeudi d’Archéologie Médiévale et Moderne (JAMM) : Autour des métaux

Le jeudi 8 novembre 2018, institut Michelet, salle 319, 9h30 – 17 h

Coordination : Danielle Arribet-Deroin, Anne Nissen, Patrice Brun


Matinée 9h30 – 12 h30
Hervé Laurent
Les rythmes de production du fer en Bourgogne-Franche-Comté avant l’an Mil

Benjamin Jagou
Utilisation du charbon de terre dans les forges médiévales du nord de la France

Alexandre Disser
Le chantier de la tour de Mutte (Metz) : les apports des études archéométriques à l’histoire des techniques et l’histoire économique

Interruption 12 h 30 – 14 h

Après-Midi, 14h – 17 h
Kevin Costa et Céline Tomczyk
De l’exploitation du minerai à la fabrication d’objets en bronze : Histoire et traçage de la chaîne opératoire du cuivre à la protohistoire

Lise Saussus
Les ateliers et les hommes du travail du cuivre dans la Flandre médiévale : méthodes et résultats à partir d’un exemple douaisien

Téléchargez le programme

Economic Development and Environmental Transformations in Europe’s Extractive Peripheries (16th – 21st centuries). International workshop

International workshop
  
Economic Development and Environmental Transformations in Europe’s Extractive Peripheries (16th – 21st centuries)
 
EHESS – School for Advanced Studies in Social Sciences (Paris, France)
21 November 2018

EHESS, 54 boulevard Raspail 75018 Paris – Room 737
PROGRAM 
 
9.30 –9.40 Opening  Jawad Daheur (CNRS-CERCEC)
 
9.40 –11.00 Section I Chair : Raphaël Morera (CNRS-CRH)
 
Chechesh Kudachinova (Humboldt University Berlin): « When Knowledge is not Power: Siberian Mineral Wealth and Early Modern Resource Imaginations »
Discussant:Sarah Claire
 
Didier Boisseuil (University of Tours): «L’exploitation des ressources naturelles dans la Toscane méridionale et dans le Nord du Latium à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes »
 
11.00 – 11.20 Coffee Break
  
11.20 – 12.40 Section II Chair : Thomas Le Roux (CNRS-CRH)
 
Sarah Claire (EHESS): « La zone minière des monts Métallifères en Bohême : un bassin de ressources au cœur de l’Europe des XVIe-XVIIsiècles »
 
Alexei Kraikovski (HSE University Saint Petersburg): « “From Non being into Being” – Blubber Monopolies and the Governmental Vision of Marine Mammals Hunt in the Russian North, Late 17th– 18th Centuries. »
 
12.40 – 14.00 Lunch
 
14.00 – 16.00 Section III Chair: Laurent Herment (CNRS-CRH)
 
James Stafford (University of Bielefeld): « ‘The Granary of Great Britain’: Farming and Manpower in Ireland, 1780-1820 »
 
Marina Loskutova (HSE University Saint Petersburg): « Russian Timber Trade with Britain in the White Sea Coastal Area in the Second Half of the 18th– first Half of the 19th Century » 
 
Maurizio Romano (Catholic University of Milan): « Environmental Crises and Economic Transformations in Lombardy’s Extractive Areas. The Case of Wood (late 18th– mid 19th century) »
 
16.00 – 16.20 Coffee break
 
16.20 – 17.40 Section IV Chair : Marc Elie (CNRS-CERCEC)
 
Elena Kochetkova (HSE University Saint Petersburg): « Forest Exploitation and Technological Innovations in the Soviet Union, 1945-1991 » 
 
Iwona Bojadżijewa (University of Warsaw): « Environmental Degradation, Extractivism and Peripheral Status as Narrated during Round Table Talks in 1989 Poland »
 
 17.40 – 18.00 Conclusion Matthias Heymann (University of Aarhus)

Source Engraving: German mining region of Chemnitz, published in 1726 in Danubius Pannonico-Mysicus by Luigi Ferdinando Marsigli (1658-1730),
https://upload.wikimedia.org/
wikipedia/commons/0/0f/
Schemnitz_in_Danubius_
Pannonico-Mysicus_1726_by_Marsigli.jpg