Tous les articles par Maxime L'Héritier

Archéométrie et histoire des techniques – Atelier concept du GDR 2092 TPH

Archéométrie et histoire des techniques

 Atelier concept du GDR 2092 Techniques et production dans l’histoire (TPH) – https://tph.hypotheses.org

 coordonné par Philippe Dillmann, Gaspard Pagès et Catherine Verna

 

15 novembre 2021

9h30-17h30 – Entrée libre – Pass sanitaire requis

 Amphithéâtre du Bâtiment Max Weber (Bat. SHS)

Université Paris Nanterre

L’atelier concept qui réunira archéologues, historiens et archéomètres a pour objectif d’interroger la place et le rôle de l’archéométrie dans la construction de l’histoire des techniques qui, dès l’origine de la discipline, est définie comme interdisciplinaire. Cette enquête s’inscrira volontairement dans le temps long, du Néolithique au XVIIIe siècle, afin d’explorer en quoi les sciences analytiques et l’archéologie ont participé au renouvellement des réflexions en histoire des techniques et à la construction historique.

Dans un premier temps, nous proposons de reconstituer une historiographie des relations entre ces « disciplines » autour de deux cas exemplaires 1. L’histoire de la sidérurgie qui a été un terrain expérimental favorable à la construction des liens entre le laboratoire, le terrain et l’histoire des techniques et 2. La numismatique, une discipline ancienne née au XVIIe siècle dont la matérialité a été le support de relations de plus en plus étroites entre archéométrie, archéologie et histoire.

Ensuite, nous examinerons, à partir du thème emblématique en histoire des techniques qu’est la circulation des matériaux et des savoirs, le résultat de trois enquêtes qui restituent l’efficacité de cette démarche heuristique 1. Dans le domaine de la production du verre (entre Asie centrale et Méditerranée, de la fin de l’Antiquité au milieu du Moyen-Âge) ; 2. Dans celui des techniques picturales (entre Éthiopie et Méditerranée, aux XIIIe-XVIe siècles) ; 3. Dans celui de l’émaillage sur céramique (entre Chine et France, aux XVIIe et XVIIIe siècles).

Dans un autre domaine, et plus récemment, les développements méthodologiques analytiques permettent de collecter des informations au sein de la matière organique réduite à l’état de traces, jusqu’à présent inaccessibles. Leur examen constituera le dernier volet de cet atelier concept : les techniques de production et les usages des cires, du miel et des goudrons végétaux peuvent ainsi être approchés et étudiés.

Sur ces terrains d’application, et bien au-delà, l’interdisciplinarité des démarches analytiques et des réflexions théoriques est aujourd’hui assimilée et constitue le pivot de la plupart des travaux de recherche actuels. Cette interdisciplinarité « intégrée » constitue également la base de nouvelles réflexions qui trouvent leur origine dans plus de 50 ans de construction épistémologique et méthodologique et irriguent la totalité du spectre des recherches sur les sociétés et les civilisations anciennes. L’atelier sera ainsi l’occasion de passer en revue cette évolution et d’examiner la pratique actuelle de l’interdisciplinarité dans ces domaines afin de mieux en saisir les contours conceptuels.

 

Programme : Archéométrie et histoire des techniques

Atelier concept du GDR TPH – 15 novembre 2021

9h30 Accueil

 

9h50. Introduction

Philippe Dillmann (CNRS, IRAMAT), Gaspard Pagès (CNRS, ArScAn) et Catherine Verna (Univ. Paris 8, ArScAn),

 

10h. Session 1. Construction d’une démarche

L’histoire de la sidérurgie. Un terrain expérimental

Catherine Verna (Univ. Paris 8, ArScAn), Philippe Dillmann (CNRS, IRAMAT) et Gaspard Pagès (CNRS, ArScAn)

La numismatique, une spécialité au carrefour de l’archéométrie et de l’histoire des techniques

Marc Bompaire (CNRS, IRAMAT/EPHE) et Guillaume Sarah (CNRS, IRAMAT)

 

11h30. Session 2. Archéométrie, circulation des matériaux et des savoirs 

Les traces de la technique verrière islamique

Nadine Schibille (CNRS, IRAMAT)

Le bleu : quels transferts techniques entre l’Ethiopie et la Méditerranée entre les XIIIe et XVIsiècles ?

Sigrid Mirabaud (INHA)

 

 13h Déjeuner

 

14h30. Session 2 (suite). Archéométrie, circulation des matériaux et des savoirs 

 Identifier la circulation des savoirs techniques à grande distance. Application à l’étude de la production des objets émaillés en France et en Chine aux XVIIe-XVIIIe siècles

Bing Zhao (CNRS, CRCAO EPHE/UP/Collège de France) et Philippe Colomban (CNRS, MONARIS SU)

 

15h15. Session 3. La trace du matériau disparu

 Archéologie et histoire des produits de la ruche

Martine Regert (CNRS, CEPAM), Cristian Consuegra (Universität Zürich), Roberto Zaugg (Universität Zürich), Anne Mayor (Université de Genève)

 Du résidu archéologique à la plante et à son usage : l’exemple des goudrons végétaux en Europe aux périodes historiques

Sylvain Burri (CNRS, TRACES) et al.

 

16h45 Conclusion

Conférence – Produire en série des petits accessoires du costume dans les ateliers métallurgiques des 14e et 15e siècles

Soirée-conférence le 19 octobre 2021, à Louvain-la-Neuve (UCLouvain).

Trois conférences sur le thème « Produire en série des petits accessoires du costume dans les ateliers métallurgiques des 14e et 15e siècles » mettront en évidence les pratiques d’atelier et les techniques de production d’ateliers médiévaux dans trois villes européennes : Prague, Paris et Bruxelles. À la fin du Moyen Âge, des ateliers fabriquant des objets de bronze et de laiton s’adaptent à une demande croissante en produisant en série et en masse. Ces conférences proposent d’ouvrir la porte de trois ateliers connus par l’archéologie, de comparer des pratiques, des productions à la mode qui se diffusent partout en Europe, des indices de la rationalisation des productions, à une période où se développe le capitalisme marchand.

La soirée-conférence se tiendra en présentiel (Salle du conseil PSP A224, voir affiche) et en ligne.

Pour obtenir le lien : écrire à lise.saussus@uclouvain.be

EMBERS 2021 conference (25-26 mars 2021)

La conférence finale du projet FLAME, EMBERS2021, financée par le Conseil européen de la recherche, vise à débattre non seulement du métal de l’âge du bronze, mais aussi du contexte plus large de l’espace et du temps, du comportement et de la créativité de l’homme et des considérations de « valeur ».

Sont encouragées les contributions d’une grande variété de personnes, des spécialistes de la métallurgie ancienne, archéologues, historiens et économistes.

EMBERS2021 se déroulera sur deux jours (25 et 26 mars 2021), et se concentrera sur les concepts d’un monde utilisant le métal. Ces journées seront structurées comme un récit chronologique à travers la métallurgie et son impact sur d’autres technologies, innovations et sociétés.

Plus d’information et inscriptions sur le site en cliquant ici.

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux X – 28 janvier 2021

La 10e séance des RIMs se tiendra le jeudi 28 janvier 2021 entre 13h et 17h45 en visioconférence.

Demandez le lien par mail aux organisateurs (contacts ci-dessous).

Au programme (résumé des communications disponible en cliquant ici) :

 Économie du fer et techniques au Moyen Âge en Lorraine à travers le prisme de l’archéologie et de l’analyse des matériaux

Alexandre Disser (Docteur en archéologie associé au LMC-IRAMAT – UMR5060)

Évolution des appareils de production du fer : l’exemple pyrénéen de Castel-Minier (fin XIIIe- mi-XVIe s.)

Florian Téreygeol (CNRS – LMC-IRAMAT – UMR5060)

Fer et plomb à Notre Dame de Paris : les travaux en cours du Groupe de Travail métal du chantier scientifique CNRS/MC

Maxime L’Héritier (Université Paris 8 – ArScAn – UMR7041)

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), l’université de Paris 8 et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Nanterre / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :

philippe.dillmann@cea.fr

maxime.l_heritier@univ-paris8.fr

gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :

http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

Publications récentes dans « Minerals »

Le journal Minerals accessible en open access propose en ce moment plusieurs numéros spéciaux sur nos thématiques de recherches. Il est encore possible d’y proposer des contributions, ou consulter celles qui ont été publiées.

Mineralogy, Trace Elements and Isotopic Tracers in Archaeometallurgy

The Role of Minerals in Cultural and Geological Heritage

Pierre Fluck, Delphine Bauer et Jean-François Bouvier, Le prolétariat de la Renaissance. Les révélations d’un village de mineurs. La Fouchelle, Val d’Argent, Alsace

Les Editions du Patrimoine minier ont le plaisir de vous annoncer la parution, le 14 décembre, de l’ouvrage de Pierre Fluck, Delphine Bauer et Jean-François Bouvier, « Le prolétariat de la Renaissance. Les révélations d’un village de mineurs. La Fouchelle, Val d’Argent, Alsace ». Cet ouvrage est non seulement le résultat d’une fouille longue de sept années mais aussi celui d’une étude scientifique qui a mené à la conclusion que la Val d’Argent a accueilli l’une des toutes premières cités ouvrières de l’histoire, 250 ans avant les réalisations anglaises. Cette restitution fait la part belle aux résultats des fouilles – mettant en évidence les conditions des mineurs et de leurs familles vivant à La Fouchelle – tout en interrogeant le lecteur sur la permanence de l’œuvre modelée par l’Homme, engloutie puis redécouverte. Une permanence relative où le concept de l’Anthropocène résonne.
L’ouvrage est disponible en commande à l’adresse suivante: daniel.martin.epm@gmail.com . En outre, il sera disponible, dès le mois de janvier, dans certaines librairies alsaciennes.
Caractéristiques de l’ouvrage:
232 pages, 17 x 24 cm, 250 illustrations entièrement en quadrichromie.
Prix : 15 €. Port : 6 €.

Colloque : L’EUROPE DES MATIÈRES PREMIÈRES AU 1ER MILLÉNAIRE AV. N. È. EXPLOITATION, TRANSFORMATION, DIFFUSION

L’EUROPE DES MATIÈRES PREMIÈRES AU 1ER  MILLÉNAIRE AV. N. È. EXPLOITATION, TRANSFORMATION, DIFFUSION
Le colloque se tiendra à Gijon en Espagne du 12 au 15 mai 2021.
Attention : les résumés sont attendus jusqu’au 20 octobre prochain.

F. Pierre et A. Wéber : « De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance »

“…a bien deux mille pas dans le creus d’une montaigne”
De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance

de Francis Pierre & Alain Wéber †
Préface du Prof. Dr. Rainer Slotta, ancien directeur du Deutsches Bergbau-Museum, Bochum

À l’extrême sud de la Lorraine sous les ballons de la chaîne vosgienne, au long de la Moselle naissante, les villages de Bussang, St-Maurice, Fresse, Le Thillot, Le Ménil, Ramonchamp, Ferdrupt et Rupt ont été le siège d’une économie montagnarde particulière. L’aventure commencée au milieu du XVIe siècle avec l’ouverture de mines d’argent se poursuit aux XVIIe et XVIIIe siècles par une métallurgie basée sur l’extraction du cuivre, puis l’exploitation du fer conclut le processus au milieu du XIXe siècle. Sur ce territoire façonné par les activités minières et métallurgiques, les traces et les vestiges souvent méconnus sont encore visibles, fréquemment cachés et protégés par la forêt.
Les études historiques et archéologiques menées par les membres de la Société d’Étude et de Sauvegarde des Anciennes Mines ont sorti de l’oubli une histoire et un patrimoine particulièrement originaux. Parmi ces originalités, la découverte archéologique des modalités de l’invention d’une nouvelle technique utilisant la poudre noire en mine au Thillot en 1617, a récemment placé ce site en référence internationale.

Téléchargez le flyer.

L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du colloque L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne , édité aux Presses universitaires de Caen sous la direction sous la direction d’Yves Henigfeld, Philippe Husi et Fabienne Ravoire.

C’est le XIe colloque de la Société d’archéologie médiévale, moderne et contemporaine (SAMMC), qui s’est déroulé à Bayeux en 2015.
Trente ans après le premier colloque de la Société d’Archéologie Médiévale, l’« objet » est de nouveau au cœur des questionnements : fabriquer, échanger, consommer, recycler.

Quatre sessions thématiques ont rassemblé des synthèses sur les différentes catégories d’objets telles que le verre, la céramique, le métal, et les matériaux organiques. Cliquez ici pour voir le sommaire.

Le volume est en vente en librairie et sur le site de vente en ligne Brepols.net

Conférences des Printemps de l’Archéologie 2019

En ces temps de confinement, l’association ArcheOlonnA a décidé  de mettre en ligne les conférences de la 1re édition des Printemps de l’Archéologie qui se sont déroulés il y a un an déjà à Saint-Dizier (Haute-Marne).

Dans les semaines à venir, d’ici à la mi-mai, le public aura l’occasion d’explorer trois thématiques : la paléogénétique, l’archéométallurgie et les Gaulois.

Deux conférences seront mises en ligne chaque lundi et deux chaque vendredi.

Pour accéder à la chaîne, il suffit de cliquer sur ce lien :

https://www.youtube.com/channel/UCp-zXMnTNdK9A1X784NdV8A/featured

Cette semaine et la suivante sont dévolues à l’archéométallurgie avec six conférences (mini-cycle concocté avec Marc Leroy)

       * Michel Pernot, sur l’histoire du cuivre et sur les artisans de la métallurgie ;

      * Vincent Serneels, sur l’apparition de la métallurgie en Afrique ;

      * Sylvain Bauvais, sur la production de fer en Gaule ;

      * Philippe Dillmann, sur l’utilisation du fer dans l’architecture des cathédrales ;

      * Danièle Arribet sur l’introduction du haut-fourneau en France.

Decès de Michel Mangin

C’est avec tristesse que nous avons reçu la nouvelle du décès de Michel Mangin, Président d’honneur de notre association, survenue samedi 14 mars à l’âge de 86 ans.
Pionnier sur les recherches en métallurgie du fer pour les périodes anciennes,  Michel était un des membres fondateurs du programme H27 sur « les mines et la métallurgie dans la France de l’Est de l’Antiquité à l’époque moderne », et fut le premier président de la future SAFEMM, au moment de la transformation de ce programme de recherche en association.
Bien qu’éloigné depuis quelques temps du monde la recherche, il suivait toujours avec passion nos activités par l’intermédiaire de notre bulletin. L’annonce de la réunion à Vallauria l’avait enthousiasmé. Il souhaitait nous y retrouver. 

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 10e séance

La 10e séance des Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se tiendra le jeudi 14 mai 2020 à la MSH Mondes de Nanterre entre 13h et 17h45 dans la salle 1 (Rez-de-jardin).

Au programme :

Économie du fer et techniques au Moyen Age en Lorraine à travers le prisme de l’archéologie et de l’analyse des matériaux

Alexandre Disser (Docteur en archéologie associé au LMC-IRAMAT – UMR5060)

Évolution des appareils de production du fer : l’exemple pyrénéen de Castel-Minier (fin XIIIe- mi-XVIe s.)

Florian Téreygeol (CNRS – LMC-IRAMAT – UMR5060)

Fer et plomb à Notre-Dame de Paris : les travaux en cours du Groupe de Travail métal du chantier scientifique CNRS/MC

Maxime L’Héritier (Université Paris 8 – ArScAn – UMR7041)

 

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), l’université de Paris 8 et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Nanterre / Université Paris 1 / MCC).

 

Contacts :

philippe.dillmann@cea.fr

maxime.l_heritier@univ-paris8.fr

gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :

http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

soutenance de thèse de Benjamin Jagou

Benjamin Jagou a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse de doctorat intitulée « L’usage du charbon de terre dans le Nord de la France jusqu’à l’époque moderne » réalisée sous la direction de Anne Nissen et le tutorat de Danielle Arribet-Deroin.

La soutenance aura lieu le mercredi 26 février 2020 à 14h à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris),

Devant un jury composé de :
– Danielle Arribet-Deroin, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Aline Durand, Professeure à l’Université du Mans
– Philippe Fluzin, Directeur de recherche au CNRS, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
– Anne Nissen, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Christophe Petit, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Dries Tys, Professeur à la Vrije Universiteit Brussel
– Catherine Verna, Professeure à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Téléchargez l’invitation

La soutenance sera suivie d’un moment de convivialité

 

Résumé

Les opérations d’archéologie préventive réalisées dans le Nord de la France depuis une dizaine d’années ont permis de mettre au jour des traces d’activités sidérurgiques utilisant le charbon de terre (plus communément connu sous l’appellation houille) comme ressource énergétique. Ces découvertes régionales ont permis de démontrer que cette pratique apparaissait dès la fin du iie siècle dans le Nord de la Gaule. L’étude des sources écrites, principalement médiévales, et la reprise des données archéologiques anciennes, ont montré qu’hormis le travail du fer, les activités de brasserie, de fabrication de chaux, de chauffage ou de teinturerie utilisaient également cette ressource fossile.

La mise en évidence de l’usage de ce combustible dans ces différentes productions artisanales a soulevé de nombreuses questions. En effet, on peut se demander quels sont les évènements et les causes qui ont abouti à un tel usage et quelles en ont été les conséquences ?

L’histoire antique et médiévale de ces territoires est marquée par une forte expansion économique et démographique durant le Haut Empire et tout au long du second Moyen Âge. Le développement des centres urbains a provoqué des besoins en terme d’espaces habitables, agricoles ou artisanaux. Il s’est en partie fait au détriment des zones forestières et a entraîné une pénurie du bois ainsi qu’une inflation des prix. Les artisanats les plus dépendants de cette ressource se sont alors retrouvés dans l’obligation de se tourner vers un combustible alternatif, le charbon de terre, afin de répondre à leurs besoins énergétiques.

Cette thèse met en lumière la chaîne opératoire du charbon de terre qui va de son extraction à sa consommation en passant par sa commercialisation. Des analyses archéométriques, associées aux données textuelles, ont permis de cerner trois possibles zones d’approvisionnement pour le Nord de la France : les îles Britanniques, le Borinage (région occidentale du Hainaut), et le Boulonnais. Cette recherche met également en lumière les différents circuits commerciaux (mode de circulation, organisation du commerce, etc.) empruntés par cette matière. Enfin, elle aborde la question de son utilisation par le prisme de la métallurgie du fer. Les nombreuses études paléométallurgiques réalisées sur un corpus constitué de vingt-six sites et couvrant l’ensemble des périodes chronologiques concernées ont permis de comprendre les effets que peuvent avoir l’utilisation de ce combustible fossile, tant sur les procédés techniques, la formation des rebuts, que sur la place de ces artisanats et leurs impacts environnementaux.

ANTHROPOLOGIE ET ARCHÉOLOGIE DU FER

Colloque international dans le cadre de l’exposition « Frapper le fer. L’art des forgerons africains »

mercredi 4 & jeudi 5 mars 2020 de 9h30 à 18h30
en accès libre sans réservation

Salle de cinéma, 37, quai Branly, Paris 7e
www.quaibranly.fr

Ce colloque a pour but de casser le mur érigé entre anthropologie, archéologie et histoire antique autour de la culture du fer.

Téléchargez le programme « Frapper le fer »

 

Comité scientifique :
Philippe Charlier, département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris
Xavier-François Fauvelle, chaire « Histoire et archéologie des mondes africains », Collège de France, Paris
Dominique Garcia, Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Paris
Laurent Olivier, Musée d’Archéologie Nationale (MAN), St-Germain-en-Laye
Caroline Robion-Bruner, Laboratoire TRACES – UMR5608, Université Toulouse – Jean Jaurès Maison de la Recherche

Coordination : Anna Gianotti Laban, responsable de la coordination des manifestations scientifiques, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris

Excursion « Trésors des Monts Métallifères de Saxe et de Bohême » du 10 au 16 mai 2020

MAJ : Compte-tenu de la situation sanitaire actuelle, cette excursion est reportée à une date ultérieure.

Excursion « Trésors des Monts Métallifères de Saxe et de Bohême » du 10 au 16 mai 2020 organisée par Pierre Fluck.

L’idée s’est imposée comme une évidence à notre « communauté » à l’occasion de l’Assemblée Générale de la SAFEMM à Calvi, en octobre 2019 : organiser au printemps 2020 une excursion sur le territoire du « Graal » de la culture minière : les Monts Métallifères de Saxe et de Bohême. Ce territoire, qui vient d’être classé au titre du patrimoine de l’UNESCO (juillet 2019… P. Fluck a été en 2018 l’expert chargé de visiter l’ensemble des sites et d’évaluer le projet), peut être considéré comme le véritable berceau de la « Province minière germanique », qui étendait son emprise des Carpates aux Vosges et à la bordure orientale du Massif Central Français. Le superlatif s’applique à toutes les merveilles qu’il nous sera donné de visiter en cette petite semaine de mai. Une sorte de pèlerinage à faire au moins une fois dans sa vie ! Parmi les très nombreuses gemmes patrimoniales, nous nous sommes efforcés d’en rassembler les plus significatives, visitables dans le temps des cinq jours que nous passerons sur place.
Le déplacement se fera en minibus (1 ou 2, selon le nombre d’inscrits) au départ de Mulhouse, ville-étape facilement accessible par TGV et tremplin idéal pour ces mines de rêve.
Nous serons accueillis là-bas par le prof. Helmuth Albrecht de l’Université de Freiberg, Mme Frierike Hansell et notre collègue tchèque Michal Urban (tous trois coordinateurs du dossier « patrimoine de l’UNESCO »).

Téléchargez le programme et le bulletin d’inscription :
SAFEMM – Fédé 2020 Programme excursion Monts Métallifères