Archives de catégorie : Soutenance

Soutenance d’HDR de Caroline Robion-Brunner

Caroline Robion-Brunner a le plaisir de vous annoncer la soutenance de son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) le lundi 29 juin à 14h en distantiel.
Ce travail a pour titre « Fer et scorie: contribution des données sidérurgiques à l’histoire des sociétés ouest-africaines« .
Il sera présenté devant :
  • François-Xavier Fauvelle (garant; Collège de France, Paris),
  • Marie-Laure Derat (rapporteure; Orient & Méditerranée, Paris),
  • Nadine Dieudonné-Glad (rapporteure; Université de Poitiers),
  • Pierre de Maret (rapporteur; Université Libre de Bruxelles),
  • François Bon (examinateur; Université de Toulouse UT2J),
  • Vincent Serneels (examinateur; Université de Fribourg) et
  • Sonja Magnavita (examinatrice; Université de Bochum).
L’accès à la visioconférence pourra être donné à un nombre limité de personnes. Leur dispositif audio sera coupé pendant toute la soutenance.  Si vous souhaitez suivre la soutenance via Zoom, vous pouvez l’informer par mail caroline[point]robion[tiret6]brunner[at]univ[tiret6]tlse2[point]fr.

soutenance de thèse de Benjamin Jagou

Benjamin Jagou a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse de doctorat intitulée « L’usage du charbon de terre dans le Nord de la France jusqu’à l’époque moderne » réalisée sous la direction de Anne Nissen et le tutorat de Danielle Arribet-Deroin.

La soutenance aura lieu le mercredi 26 février 2020 à 14h à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris),

Devant un jury composé de :
– Danielle Arribet-Deroin, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Aline Durand, Professeure à l’Université du Mans
– Philippe Fluzin, Directeur de recherche au CNRS, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
– Anne Nissen, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Christophe Petit, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Dries Tys, Professeur à la Vrije Universiteit Brussel
– Catherine Verna, Professeure à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Téléchargez l’invitation

La soutenance sera suivie d’un moment de convivialité

 

Résumé

Les opérations d’archéologie préventive réalisées dans le Nord de la France depuis une dizaine d’années ont permis de mettre au jour des traces d’activités sidérurgiques utilisant le charbon de terre (plus communément connu sous l’appellation houille) comme ressource énergétique. Ces découvertes régionales ont permis de démontrer que cette pratique apparaissait dès la fin du iie siècle dans le Nord de la Gaule. L’étude des sources écrites, principalement médiévales, et la reprise des données archéologiques anciennes, ont montré qu’hormis le travail du fer, les activités de brasserie, de fabrication de chaux, de chauffage ou de teinturerie utilisaient également cette ressource fossile.

La mise en évidence de l’usage de ce combustible dans ces différentes productions artisanales a soulevé de nombreuses questions. En effet, on peut se demander quels sont les évènements et les causes qui ont abouti à un tel usage et quelles en ont été les conséquences ?

L’histoire antique et médiévale de ces territoires est marquée par une forte expansion économique et démographique durant le Haut Empire et tout au long du second Moyen Âge. Le développement des centres urbains a provoqué des besoins en terme d’espaces habitables, agricoles ou artisanaux. Il s’est en partie fait au détriment des zones forestières et a entraîné une pénurie du bois ainsi qu’une inflation des prix. Les artisanats les plus dépendants de cette ressource se sont alors retrouvés dans l’obligation de se tourner vers un combustible alternatif, le charbon de terre, afin de répondre à leurs besoins énergétiques.

Cette thèse met en lumière la chaîne opératoire du charbon de terre qui va de son extraction à sa consommation en passant par sa commercialisation. Des analyses archéométriques, associées aux données textuelles, ont permis de cerner trois possibles zones d’approvisionnement pour le Nord de la France : les îles Britanniques, le Borinage (région occidentale du Hainaut), et le Boulonnais. Cette recherche met également en lumière les différents circuits commerciaux (mode de circulation, organisation du commerce, etc.) empruntés par cette matière. Enfin, elle aborde la question de son utilisation par le prisme de la métallurgie du fer. Les nombreuses études paléométallurgiques réalisées sur un corpus constitué de vingt-six sites et couvrant l’ensemble des périodes chronologiques concernées ont permis de comprendre les effets que peuvent avoir l’utilisation de ce combustible fossile, tant sur les procédés techniques, la formation des rebuts, que sur la place de ces artisanats et leurs impacts environnementaux.

Soutenance d’hdr de Sandrine Baron

Sandrine Baron a le plaisir de vous convier à sa soutenance
d’Habilitation à Diriger des Recherches intitulée
« Référentiels miniers et métallurgiques pour le traçage des
métaux aux périodes anciennes »

le 18 juin 2019 à 9h30
salle D29
Maison de la Recherche
Université de Toulouse Jean Jaurès

Informations et accès dans le fichier joint.

Résumé
En archéologie, les recherches menées pour retrouver l’origine des métaux n’accordent bien souvent que peu d’attention à l’étude des gisements. Retrouver l’origine géographique d’un objet s’effectue donc par la mobilisation de plusieurs bases de données de minerais sans analyse critique de ces dernières. Un district minier résulte d’une histoire géologique pouvant être très complexe et sa signature n’est pas unique. Elle est également conditionnée par les choix opérés par les Anciens durant l’exploitation minière. Par ailleurs, les
déchets métallurgiques sont peu utilisés alors que ces derniers traduisent la signature d’une production métallique dans une région et un contexte archéologique donné. Par conséquent, la plupart des études de provenance ne peuvent, au mieux, qu’exclure des aires géographiques et en proposer plusieurs autres
potentielles.
La démarche interdisciplinaire proposée ici fait intervenir l’archéologie minière et métallurgique, l’histoire, la géologie et la géochimie (élémentaire et isotopique). Les objectifs majeurs sont i) de contraindre au mieux les limitations qui viennent d’être évoquées et ii) d’aborder les études de provenance en lien avec
des hypothèses archéologiques et historiques de départ.
La sélection de travaux de recherche présentée ici montre tout l’intérêt de centrer les études sur les districts miniers et métallurgiques. La signature d’une ancienne production métallique est sensiblement affinée et il est possible d’identifier des chaînes opératoires locales, d’estimer l’impact de ces dernières sur le traceur
choisi et de mettre en lumière la gestion des ressources à l’échelle d’un territoire. Par ailleurs, la caractérisation de ces activités minières et métallurgiques anciennes permet de mieux discriminer les pollutions métalliques produites localement et d’estimer leurs contributions respectives dans le budget total de l’environnement actuel et ancien.
Ces recherches seront amenées à s’étendre vers d’autres territoires miniers et métallurgiques en France et à l’étranger mais aussi vers d’autres matériaux nécessitant de nouvelles méthodes et approches.
La caractérisation multi isotopique sera, si possible, rendue systématique. De nouveaux modes de prélèvement seront testés sur certains matériaux afin de permettre la mesure d’isotopes en haute résolution. L’avenir du traçage des matériaux archéologiques réside dans le croisement de différents traceurs.

Soutenance HDR : Florian Téreygeol

Florian Téreygeol a le plaisir de vous inviter à la soutenance de son HDR intitulée « La place de l’expérimentation dans l’étude des procédés métallurgiques anciens ».

La soutenance se déroulera le jeudi 6 décembre 2018 à partir de 14h30 dans l’amphithéâtre 2 sur le campus de la Fonderie de l’Université de Haute-Alsace  ( 16 rue de la Fonderie à Mulhouse).

Le jury sera composé de :

  • M. Pierre FLUCK, Professeur émérite – Université de Haute-Alsace (Garant)
  • M. Gert GOLDENBERG, Assoz.-Prof. Dr. – Universität Innsbruck (Rapporteur)
  • M. Philippe FLUZIN, Directeur de Recherche – IRAMAT-CNRS (Rapporteur)
  • M. Florent HAUTEFEUILLE, Maître de Conférence – Université Jean-Jaurès (Rapporteur)
  • M. Nicolas FLORSCH, Professeur – Sorbonne Université (Examinateur)

Elle sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés (réponse souhaitée avant le 26 novembre prochain, voir l’adresse dans l’invitation ci-dessous)

Télécharger l’invitation et le résumé (ici)

Soutenance de thèse – Emmanuelle Meunier

Le 12 octobre 2018 à 14h, dans la salle D29 de la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, Emmanuelle Meunier soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Évolutions dans l’exploitation minière entre le second âge du Fer et le début de la période romaine dans le Sud-Ouest de la Gaule. Le cas du district pyrénéen à cuivre argentifère du Massif de l’Arize ».

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Jean-Paul Métailié (GÉODE) et Béatrice Cauuet (TRACES)

Télécharger l’invitation ici.

Télécharger le résumé de la thèse ici.

Soutenance de thèse – Julien Flament

Julien Flament a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée « Les métallurgies associées de la fin du XIIIe siècle au XVe siècle : l’argent, les cuivres et le plomb à Castel-Minier (Ariège, France) ».

La thèse sera présentée et soutenue publiquement le lundi 4 décembre 2017 à 14h au Centre International Universitaire pour la Recherche de l’Université d’Orléans (Hôtel Dupanloup). Elle sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés (réponse souhaitée avant le 27/11/2017).

Télécharger l’invitation ici.

Soutenance de thèse – Nicolas Minvielle Larousse

Le 2 décembre 2017 à partir de 14h, dans la salle Paul-Albert Février de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence), Nicolas Minvielle-Larousse soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « L’âge de l’argent. Mines, société et pouvoirs en Languedoc médiéval« .

Le jury sera composé de :

  • Philippe Allée, Professeur des Universités, Université de Limoges, GEOLAB, UMR 6042 (codirecteur)
  • Marie-Christine Bailly-Maître, Directeur de Recherche Émérite au CNRS, LA3M, UMR 7298 (codirectrice)
  • Giovanna Bianchi, Professeur des Universités, Università di Siena
  • Luc Bourgeois, Professeur des Universités, Université de Caen, CRAHAM, UMR 6273
  • Hélène Débax, Professeur des Universités, Université de Toulouse Jean-Jaurès, FRAMESPA, UMR 5136
  • Florent Hautefeuille, Maître de Conférences HDR, Université de Toulouse Jean-Jaurès, TRACES, UMR 5608
  • Catherine Verna, Professeur des Universités, Université Paris 8, EA 1571

Télécharger l’invitation ici.

Soutenance de thèse – Jean Milot

Jean Milot (Université Toulouse Jean-Jaurès) a soutenu sa thèse le lundi 19 décembre. Elle porte sur  l’Utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens : développement méthodologique et applications archéologiques.
Ce travail de thèse a été effectué au sein des laboratoires GET et TRACES de Toulouse, sous la direction de Franck Poitrasson et Sandrine Baron.

Composition du jury :

  • Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS, IRIMAT/CEA, Paris (rapporteur)
  • Béatrice Luais, Chargée de recherche CNRS, CRPG, Nancy (rapporteur)
  • Sabine Klein, Professeure, Goethe University, Francfort (rapporteur)
  • Didier Béziat, Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse (examinateur)
  • Christian Rico, Maître de conférences, Université Jean Jaurès, Toulouse (examinateur)
  • Anne-Marie Desaulty, Ingénieure au BRGM, Orléans (examinateur)
  • Franck Poitrasson, Directeur de recherche CNRS, GET, Toulouse (directeur de thèse)
  • Sandrine Baron, Chargée de recherche, TRACES, Toulouse (co-directrice de thèse)

Résumé :

L’objectif de ce travail de thèse a été de développer l’utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens, principalement ferreux. Notre approche méthodologique s’est articulée autour de trois axes majeurs. Le premier axe a consisté à étudier l’influence potentielle des processus métallurgiques sur la composition isotopique du fer des métaux produits. Pour cela, nous avons mesuré la composition isotopique du fer d’échantillons issus d’expérimentations de réduction de minerai de fer en bas fourneau, réalisées sur un site sidérurgique majeur de la période romaine (la Montagne Noire, Sud-Ouest de la France). Le second axe a eu pour objectif de valider ce nouveau traceur en mesurant la composition des isotopes du fer de minerais, scories et objets en fer issus d’un contexte archéologique connu et dont la provenance avait déjà été identifiée par des analyses élémentaires. Nous avons alors mesuré la composition des isotopes du fer de barres de fer principalement retrouvées dans des épaves romaines au large des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). Enfin, le troisième axe a eu pour vocation d’estimer la pertinence, mais aussi les limites de ce nouvel outil en l’appliquant à deux terrains archéologiques très différents, où aucune étude de traçage classique n’avait été utilisée précédemment. Ces deux terrains concernaient la sidérurgie ancienne au Togo et la production de plomb argentifère médiévale au Maroc.

Les résultats obtenus montrent que la composition isotopique du fer de la scorie et du métal produit est similaire à celle du minerai correspondant. Il n’y a donc pas de fractionnement des isotopes du fer tout au long de la chaîne opératoire de production de fer. De plus, et contrairement à certains traceurs élémentaires, les isotopes du fer ne sont pas contaminés par la paroi du four très pauvre en cet élément durant la réduction. Ceci permet ainsi d’établir des liens de provenance directs entre un objet en fer et un minerai. L’application de cette méthode de traçage à un contexte archéologique déjà largement étudié a permis de valider les hypothèses de provenance d’objets archéologiques. En outre, les isotopes du fer peuvent être plus discriminants que les éléments en trace car ils permettent notamment de différencier des productions de fer temporellement et géographiquement très proches. Le traçage est ainsi affiné. Enfin, nos résultats préliminaires suggèrent que les analyses des isotopes du fer pourraient également être appliquées à l’étude de la production de métaux non ferreux.

Cette étude offre ainsi de nombreuses perspectives, telles que l’étude de la provenance de pièces de musée étant donné la faible quantité de matière nécessaire, l’établissement d’une base de données de composition isotopique du fer de minerais archéologiques et l’élaboration d’une méthode de traçage commune aux métaux ferreux et non ferreux.