Évènements pour le 400e anniversaire de l’utilisation de la poudre en mine

Un cycle de conférences (programme détaillé) ainsi qu’une exposition sont présentés au Thillot à l’occasion du 400e anniversaire de l’utilisation de la poudre en mine.

  • Les conférences « Les Vendredis de l’histoire, l’héritage minier de la Haute-Moselle » seront présentées par Francis Pierre à la médiathèque du Thillot (salle C. Valence, 20h)
    • vendredi 26 mai : « Images de la mine et des mineurs. »
    • vendredi 23 juin : « Mines du Thillot, mines de Château-Lambert, une histoire peu commune. »
    • vendredi 15 septembre : « 1617 – La poudre noire dans les mines ducales du Thillot : Étude archéologique d’une révolution technique en Europe. »

Nov 2017 – Öztunalı 2017 International Symposium on Geoarchaeology, Ancient Mining and Metallurgy. Istanbul Turkey

Du 1 er novembre au 5 novembre 2017,  l’universite d’Istanbul (Dpt of Geological Engineering) et le  Deutsches Bergbau-Museum Bochum co-organisent une conférence internationale en géoarchéologie, archéologie minière et paléométallurgie. Cette conférence est dédiée au Prof.  Öztunalı  de l’université d’Istanbul, spécialiste des études archéométallurgiques en Anatolie.

Frais d’inscription réduits pour une inscription avant le 1 er juin

Soumission des résumés : avant le 15 juin

Plus d’informations sur le site officiel.

Mai 2017 – Freiburg Workshop – Regio Mineralia

Le projet INTERREG Regio Mineralia. Aux origines de la culture industrielle dans le Rhin supérieur a débuté le 1er septembre 2016 pour 3 ans.
Piloté depuis le CRESAT (Pierre Fluck, Joseph Gauthier) à l’Université de Haute-Alsace, il regroupe 7 partenaires principaux et 10 partenaires associés, dont la SAFEMM.
Les objectifs poursuivies concernent l’histoire et l’archéologie des mines médiévales du Rhin supérieur, l’étude environnementale des vestiges miniers et la valorisation des résultats de la recherche scientifique auprès du grand public en partenariat avec le secteur associatif.
Après une première rencontre à Mulhouse/Wegscheid en octobre 2016, une seconde journée d’étude aura lieu à Freiburg-im-Breigau les 5 et 6 mai 2017.
Voir le programme en pdf : ici.

Contact : joseph[point]gauthier[at]uha[point]fr.

Inscription : http://doodle.com/poll/aksudq6kziyts968.

« La métallurgie du fer dans le Poitou »

La thèse de Guillaume Saint-Didier (HeRMA, EA 3811, université de Poitiers) vient d’être publiée dans la collection « Archéologie et culture » des Presses Universitaires de Rennes.

La sidérurgie a livré de nombreux vestiges archéologiques dans le Poitou ; une quarantaine de sites d’extraction du minerai de fer, et plus de 900 ateliers métallurgiques, identifiables grâce aux tas de scories qu’ils ont laissé (les ferriers), sont recensés sur ce territoire et sur ses marges immédiates. À l’aide d’indices, environ 250 d’entre eux ont été découverts à l’occasion des prospections menées il y a moins de dix ans dans le cadre d’un travail de doctorat.

Les ferriers sont très majoritairement de petites dimensions, ce qui semble témoigner d’une activité sidérurgique plutôt modeste, attestée du IIIe siècle av. J.-C. au XVe siècle. Si la phase de transformation du minerai en métal (la réduction) a livré de nombreux sites, celle de la post-réduction (forgeage) n’a permis d’inventorier que 29 forges connues ou supposées sur l’ensemble du territoire. Des analyses chimiques ont permis d’aborder la question de l’approvisionnement en minerai des ateliers.

Trois sites ont été étudiés de manière plus approfondie ; ils ont été choisis de manière à représenter l’ensemble de la période étudiée et différentes étapes de la chaîne opératoire. Le site de « La Basse-Flotte » à Saint-Cyr (Vienne), avec son unique fourneau de réduction directe à scories piégées (IIIe s. av. J.-C.), constitue le premier. L’atelier métallurgique médiéval de « La Chagnasse » à Viennay (Deux-Sèvres) est le second.

Enfin, la fouille de « La Petite-Ouche 2 » à Rom (Deux-Sèvres), où une activité de forgeage a été reconnue au début de la période romaine, correspond au troisième.

Conférence sur l’eau et les mines

Francis Pierre (membre de la SAFEMM) présentera une communication lors des journées d’Histoire Régionale à Pont-à-Mousson. Cette 12e édition est consacrée au thème de l’eau et se déroulera le 25 et le 26 mars 2017. Elle réunira plus de 75 acteurs de l’Histoire et du patrimoine, associations comme professionnels, qui déclineront les différentes facettes de ce thème à travers 60 expositions, 15 conférences, la présence de 6 éditeurs, 5 spectacles, 2 reconstitutions historiques et 2 ateliers pédagogiques (fabrication de savons et construction d’une maquette de roue hydraulique de mine).

La communication de Francis Pierre portera sur : « L’eau gênante et l’eau utile dans les mines du Thillot aux XVIe et XVIIe siècles ».

Plus d’informations disponibles sur le site de la manifestation (ici).

 

Iron in Archaeology: Bloomery Smelters and Blacksmiths in Europe and Beyond

Le colloque « Iron in Archaeology: Bloomery Smelters and Blacksmiths in Europe and Beyond » est une conférence internationale en l’honneur de de Radomír Pleiner et des 50 ans du Comité pour la Sidérugie Ancienne.

Il se tiendra au National Technical Museum de Prague du 30 mai au 2 juin 2017.
www.ntm.cz

Téléchargez le programme préliminaire.

Plus d’informations sur le site du colloque.

The aim of the conference is to bring together scholars involved in research on early ironworking and to share the newest results and experiences achieved in this field. Very welcome contributions are those informing about recently excavated bloomeries and smithies, about results of analyses of slags and iron artefacts, about new analytical methods developed, new trends and achieved results in experimental archaeometallurgy of iron etc.

The event will be held at Prague in the spring of 2017, thus 30 years after R. Pleiner himself organized a similar CPSA conference at Liblice near Prague1. Conferences organized under the auspice of the CPSA have already a long tradition, which will be, by the forthcoming event, revived and continued. The first meeting was held at Schaffhausen in 1970, the others at Eisenstadt in 1975, Schaffhausen in 1979, Sankelmark in 1980, Vordernberg in 1981, Populonia in 1983, Belfast in 1984, Norberg in 1985, Mainz in 1986, Liblice in 1987 (the 20th anniversary of CPSA), Val Camonica in 1988, Kielce-Ameliówka in 1989, Sévenans-Belfort in 1990, Budal in 1991, Ripoll in 1993, Besançon in 1993, Plas Tan y Bwlch in 1997 (the 30th anniversary of CPSA), Bienno in 1998, Sopron-Somogyfajsz in 1999, Sandbjerg in 1999 and Uppsala in 2001. All these conferences were the most enjoyable and friendly of occasions, which helped to bond together a family of scholars of European early ironworking. We believe that the forthcoming conference in Prague will also be such an event.

Des Hommes et du Fer en Aquitaine – XVIIIe-XXe siècles

Le colloque ‘Des Hommes et du Fer en Aquitaine – XVIIIe-XXe siècles’ se tiendra les 19 et 20 mai 2017 à Sabres dans les Landes.

Écomusée de Marquèze
Route de la Gare, 40630 SABRES
www.marqueze.fr

Téléchargez le programme.

Des milliers d’Aquitains ont travaillé et vécu dans et par les forges/fonderies. Produire du métal et le travailler est une activité très ancienne, qui a duré jusqu’au XXe siècle. Il s’agissait de fabriquer des armes, ainsi que des objets de la vie courante tels que marmites, pompes à eau, etc. Tout un « savoir-fer » aujourd’hui disparu, dont la mémoire est à refondre, à travers les arts et l’histoire des techniques. Pour obtenir du fer, il fallait réunir les ressources locales, dans une autonomie du territoire : le minerai (par exemple la garluche dans les Landes) et le charbon de bois. L’énergie des retenues d’eau animait les soufflets et outils pour forger, celle du feu permettait de faire fondre et couler la fonte. Mais il fallait aussi l’énergie des hommes, dirigeants ou employés comme mineur, charbonnier, fondeur, ingénieur. Au milieu du XVIIIe siècle, l’artisanat est remplacé par des établissements industriels, plus mécanisés, avec de nouveaux rapports entre hommes, des bouleversements par rapport au temps et au travail. Cette histoire permet d’aborder des sujets au coeur de l’actualité : ressources du sous-sol, énergie renouvelable, autonomie des territoires, conditions de travail. Le colloque « Des hommes et du fer » vous propose de découvrir l’histoire moderne de la métallurgie de l’ancienne région Aquitaine (5 départements représentés), par des communications, un programme complémentaire avec spectacle/exposition/visite …

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) – jeudi 4 mai 2017

La 4e séance des RIMs se tiendra le jeudi 4 mai 2017 de 13h30 à 17h30 à l’Université Paris Nanterre, MAE, salle 1, Rez-de-jardin.
Entrée libre.

Au programme :

Joseph GAUTHIER (UHA-CRESAT-EA 3436, CNRS-LMC-IRAMAT-UMR5060)
La dynamique minière médiévale dans le Rhin supérieur : approche multi-scalaire et interdisciplinaire

Julien FLAMENT (IRAMAT-CEB, UMR5060)
La métallurgie extractive de l’argent au Moyen Âge. Apports de l’archéométrie à la compréhension des chaines opératoires. L’exemple pyrénéen de Castel-Minier (XIIIe-XVe s.)

Guillaume SARAH (IRAMAT-CEB, UMR5060)
La composition des monnaies au temps du monométallisme argent médiéval (VIIe-XIIe siècles). Essai de reconstruction sur la longue durée

Téléchargez le programme et les résumés des communications.

Organisation et contacts : Philippe Dillmann1, Maxime L’Héritier2, Gaspard Pagès3
1 philippe.dillmann@cea.fr ; Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (LAPA ; NIMBE UMR3685 CEA/CNRS et IRAMAT UMR5060 CNRS)
2 maxime.l_heritier@univ-paris8.fr ; Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS – EA 1571 – Université Paris 8)
3 gaspard.pages@mae.u-paris10.fr ; Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn – UMR7041 – CNRS)

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3685 CEA/CNRS et IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Colloque du GMPCA – 18-21 avril 2017

A l’occasion de ses 40 ans, le XXIe colloque d’Archéométrie se tiendra à Rennes, du 18 au 21 avril 2017. Organisé par l’UMR 6566 CReAAH (Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences, Histoire), il sera l’occasion de dresser, au cours de sessions thématiques, un bilan de 40 années de recherches menées au carrefour de l’archéologie, tout en faisant la part belle aux approches novatrices insufflées dans le vaste champ disciplinaire contribuant à faire progresser la recherche archéologique.

Plus d’informations, sur le site du congrès.

Soutenance de thèse – Jean Milot

Jean Milot (Université Toulouse Jean-Jaurès) a soutenu sa thèse le lundi 19 décembre. Elle porte sur  l’Utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens : développement méthodologique et applications archéologiques.
Ce travail de thèse a été effectué au sein des laboratoires GET et TRACES de Toulouse, sous la direction de Franck Poitrasson et Sandrine Baron.

Composition du jury :

  • Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS, IRIMAT/CEA, Paris (rapporteur)
  • Béatrice Luais, Chargée de recherche CNRS, CRPG, Nancy (rapporteur)
  • Sabine Klein, Professeure, Goethe University, Francfort (rapporteur)
  • Didier Béziat, Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse (examinateur)
  • Christian Rico, Maître de conférences, Université Jean Jaurès, Toulouse (examinateur)
  • Anne-Marie Desaulty, Ingénieure au BRGM, Orléans (examinateur)
  • Franck Poitrasson, Directeur de recherche CNRS, GET, Toulouse (directeur de thèse)
  • Sandrine Baron, Chargée de recherche, TRACES, Toulouse (co-directrice de thèse)

Résumé :

L’objectif de ce travail de thèse a été de développer l’utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens, principalement ferreux. Notre approche méthodologique s’est articulée autour de trois axes majeurs. Le premier axe a consisté à étudier l’influence potentielle des processus métallurgiques sur la composition isotopique du fer des métaux produits. Pour cela, nous avons mesuré la composition isotopique du fer d’échantillons issus d’expérimentations de réduction de minerai de fer en bas fourneau, réalisées sur un site sidérurgique majeur de la période romaine (la Montagne Noire, Sud-Ouest de la France). Le second axe a eu pour objectif de valider ce nouveau traceur en mesurant la composition des isotopes du fer de minerais, scories et objets en fer issus d’un contexte archéologique connu et dont la provenance avait déjà été identifiée par des analyses élémentaires. Nous avons alors mesuré la composition des isotopes du fer de barres de fer principalement retrouvées dans des épaves romaines au large des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). Enfin, le troisième axe a eu pour vocation d’estimer la pertinence, mais aussi les limites de ce nouvel outil en l’appliquant à deux terrains archéologiques très différents, où aucune étude de traçage classique n’avait été utilisée précédemment. Ces deux terrains concernaient la sidérurgie ancienne au Togo et la production de plomb argentifère médiévale au Maroc.

Les résultats obtenus montrent que la composition isotopique du fer de la scorie et du métal produit est similaire à celle du minerai correspondant. Il n’y a donc pas de fractionnement des isotopes du fer tout au long de la chaîne opératoire de production de fer. De plus, et contrairement à certains traceurs élémentaires, les isotopes du fer ne sont pas contaminés par la paroi du four très pauvre en cet élément durant la réduction. Ceci permet ainsi d’établir des liens de provenance directs entre un objet en fer et un minerai. L’application de cette méthode de traçage à un contexte archéologique déjà largement étudié a permis de valider les hypothèses de provenance d’objets archéologiques. En outre, les isotopes du fer peuvent être plus discriminants que les éléments en trace car ils permettent notamment de différencier des productions de fer temporellement et géographiquement très proches. Le traçage est ainsi affiné. Enfin, nos résultats préliminaires suggèrent que les analyses des isotopes du fer pourraient également être appliquées à l’étude de la production de métaux non ferreux.

Cette étude offre ainsi de nombreuses perspectives, telles que l’étude de la provenance de pièces de musée étant donné la faible quantité de matière nécessaire, l’établissement d’une base de données de composition isotopique du fer de minerais archéologiques et l’élaboration d’une méthode de traçage commune aux métaux ferreux et non ferreux.

« Mines et mineurs du Rosemont » de F. Liebelin

Mines et mineurs du Rougemont, François Liebelin
« Mines et mineurs du Rosemont », de F. Liebelin

 

Le dernier ouvrage des Editions du Patrimoine Minier vient de paraître ! Totalement revu et complété, avec cartes à l’appui et références actuelles des archives par Pierre Fluck, David Bourgeois et François-Florimond Fluck.

A dévorer !

 

 

Pour mieux saisir toute l’aventure minière du Rosemont présentée pour la première fois en 1987 par François Liebelin.

En 1987, le regretté François Liebelin publiait « Mines et mineurs du Rosemont ». Ce fantastique érudit rassemblait dans ce livre la somme d’une décennie de recherches historiques acharnées, mises en adéquation en permanence avec les réalités du terrain. Nous avons entrepris de rééditer et de rénover ce livre. Car le « nouveau Liebelin » est un autre ouvrage, totalement revisité. Le presque millier de notes et références d’archives a été l’objet d’une révision totale par les soins d’un archiviste, David Bourgeois. Mais surtout, cette nouvelle édition mise sur la très haute qualité d’une illustration entièrement refaite. On y trouvera des cartes minières dessinées par un géographe, François-Florimond Fluck, une iconographie ancienne reproduite dans sa meilleure définition, une somme de nouveaux clichés photographiques des sites du Rosemont, des documents d’archives qui montrent à la fois leur message et la subtilité du grain du papier… Dès à présent, plongez dans l’exploration des fabuleuses mines d’argent renaissance de la retombée méridionale des Vosges !

365 pages 24 x 32 cm, entièrement en quadrichromie, couverture cartonnée. Prix : 38,50 €

BON DE COMMANDE

Nom, prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse e-mail ou tél. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Commande . . exemplaire(s) de “Mines et mineurs du Rosemont”.

Je viendrai le (les) retirer (après avoir pris RV ):

chez Pierre Fluck à Mulhouse (pierre.fluck@uha.fr)

chez Bernard Bohly à Soultz (bohly.b@wanadoo.fr)

chez Daniel Martin à Sigolsheim (daniel.martin.epm@gmail.com)

Workshop interdisciplinaire sur les mines – 8 nov 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du workshop « Regards croisés sur les trajectoires socio-environnementales des sites miniers actuels et passés ». Il se déroulera le 8 novembre 2016 au Pôle montagne, Campus de Savoie-Technolac, Le-Bourget-du-Lac (laboratoire EDYTEM, Université Savoie Mont-Blanc).

bandeau_tramines-01

L’objectif de cette journée est de croiser les regards disciplinaires sur cette problématique, en faisant se rencontrer des chercheurs de diverses disciplines (histoire, archéologie, sociologie, géographie, sciences de l’environnement, géosciences…). Les discussions porteront sur 4 axes principaux :

– Mise en place des exploitations et développement des sociétés autour des sites miniers

– Conflits, acceptabilité et territorialisation

– Héritage et impacts environnementaux et paysagers

– Problématiques socio-environnementales et patrimonialisation (relations chercheurs et acteurs)

Si vous êtes intéressés par cette journée, n’hésitez pas à vous inscrire sur le site internet du workshop avant le 3 novembre 2016 (inscription gratuite) :

https://workshopmines.sciencesconf.org/

Une session poster est également organisée, et si vous le souhaitez, vous pouvez proposer un poster en ligne.
Marie Forget, Magali Rossi, Xavier Bodin et Estelle Camizuli

Laboratoire EDYTEM

Université Savoie Mont-Blanc