Archives par mot-clé : Archéologie

F. Pierre et A. Wéber : « De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance »

“…a bien deux mille pas dans le creus d’une montaigne”
De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance

de Francis Pierre & Alain Wéber †
Préface du Prof. Dr. Rainer Slotta, ancien directeur du Deutsches Bergbau-Museum, Bochum

À l’extrême sud de la Lorraine sous les ballons de la chaîne vosgienne, au long de la Moselle naissante, les villages de Bussang, St-Maurice, Fresse, Le Thillot, Le Ménil, Ramonchamp, Ferdrupt et Rupt ont été le siège d’une économie montagnarde particulière. L’aventure commencée au milieu du XVIe siècle avec l’ouverture de mines d’argent se poursuit aux XVIIe et XVIIIe siècles par une métallurgie basée sur l’extraction du cuivre, puis l’exploitation du fer conclut le processus au milieu du XIXe siècle. Sur ce territoire façonné par les activités minières et métallurgiques, les traces et les vestiges souvent méconnus sont encore visibles, fréquemment cachés et protégés par la forêt.
Les études historiques et archéologiques menées par les membres de la Société d’Étude et de Sauvegarde des Anciennes Mines ont sorti de l’oubli une histoire et un patrimoine particulièrement originaux. Parmi ces originalités, la découverte archéologique des modalités de l’invention d’une nouvelle technique utilisant la poudre noire en mine au Thillot en 1617, a récemment placé ce site en référence internationale.

Téléchargez le flyer.

L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du colloque L’objet au Moyen Âge et à l’époque moderne , édité aux Presses universitaires de Caen sous la direction sous la direction d’Yves Henigfeld, Philippe Husi et Fabienne Ravoire.

C’est le XIe colloque de la Société d’archéologie médiévale, moderne et contemporaine (SAMMC), qui s’est déroulé à Bayeux en 2015.
Trente ans après le premier colloque de la Société d’Archéologie Médiévale, l’« objet » est de nouveau au cœur des questionnements : fabriquer, échanger, consommer, recycler.

Quatre sessions thématiques ont rassemblé des synthèses sur les différentes catégories d’objets telles que le verre, la céramique, le métal, et les matériaux organiques. Cliquez ici pour voir le sommaire.

Le volume est en vente en librairie et sur le site de vente en ligne Brepols.net

Thèse sur le plomb dans la construction

Vous trouverez ci-dessous une offre de sujet de thèse à pourvoir à l’université Paris 8 (en cotutelle avec Toulouse), portant sur « Le plomb dans la construction monumentale : usages, pratiques, approvisionnements (XIIe-XIXe siècles) » financée par le CNRS dans le cadre du chantier scientifique Notre-Dame.
Cette offre de thèse est publiée sur le portail du CNRS où se trouvent tous les détails sur la candidature et les pièces à fournir : https://emploi.cnrs.fr/Offres/Doctorant/UMR7041-MAXLHE-002/Default.aspx
La thèse débutera au 1er novembre 2020.
L’offre en français : ici
Offer in English : here

Conférences des Printemps de l’Archéologie 2019

En ces temps de confinement, l’association ArcheOlonnA a décidé  de mettre en ligne les conférences de la 1re édition des Printemps de l’Archéologie qui se sont déroulés il y a un an déjà à Saint-Dizier (Haute-Marne).

Dans les semaines à venir, d’ici à la mi-mai, le public aura l’occasion d’explorer trois thématiques : la paléogénétique, l’archéométallurgie et les Gaulois.

Deux conférences seront mises en ligne chaque lundi et deux chaque vendredi.

Pour accéder à la chaîne, il suffit de cliquer sur ce lien :

https://www.youtube.com/channel/UCp-zXMnTNdK9A1X784NdV8A/featured

Cette semaine et la suivante sont dévolues à l’archéométallurgie avec six conférences (mini-cycle concocté avec Marc Leroy)

       * Michel Pernot, sur l’histoire du cuivre et sur les artisans de la métallurgie ;

      * Vincent Serneels, sur l’apparition de la métallurgie en Afrique ;

      * Sylvain Bauvais, sur la production de fer en Gaule ;

      * Philippe Dillmann, sur l’utilisation du fer dans l’architecture des cathédrales ;

      * Danièle Arribet sur l’introduction du haut-fourneau en France.

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 10e séance

La 10e séance des Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se tiendra le jeudi 14 mai 2020 à la MSH Mondes de Nanterre entre 13h et 17h45 dans la salle 1 (Rez-de-jardin).

Au programme :

Économie du fer et techniques au Moyen Age en Lorraine à travers le prisme de l’archéologie et de l’analyse des matériaux

Alexandre Disser (Docteur en archéologie associé au LMC-IRAMAT – UMR5060)

Évolution des appareils de production du fer : l’exemple pyrénéen de Castel-Minier (fin XIIIe- mi-XVIe s.)

Florian Téreygeol (CNRS – LMC-IRAMAT – UMR5060)

Fer et plomb à Notre-Dame de Paris : les travaux en cours du Groupe de Travail métal du chantier scientifique CNRS/MC

Maxime L’Héritier (Université Paris 8 – ArScAn – UMR7041)

 

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), l’université de Paris 8 et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Nanterre / Université Paris 1 / MCC).

 

Contacts :

philippe.dillmann@cea.fr

maxime.l_heritier@univ-paris8.fr

gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :

http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

soutenance de thèse de Benjamin Jagou

Benjamin Jagou a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse de doctorat intitulée « L’usage du charbon de terre dans le Nord de la France jusqu’à l’époque moderne » réalisée sous la direction de Anne Nissen et le tutorat de Danielle Arribet-Deroin.

La soutenance aura lieu le mercredi 26 février 2020 à 14h à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris),

Devant un jury composé de :
– Danielle Arribet-Deroin, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Aline Durand, Professeure à l’Université du Mans
– Philippe Fluzin, Directeur de recherche au CNRS, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
– Anne Nissen, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Christophe Petit, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Dries Tys, Professeur à la Vrije Universiteit Brussel
– Catherine Verna, Professeure à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Téléchargez l’invitation

La soutenance sera suivie d’un moment de convivialité

 

Résumé

Les opérations d’archéologie préventive réalisées dans le Nord de la France depuis une dizaine d’années ont permis de mettre au jour des traces d’activités sidérurgiques utilisant le charbon de terre (plus communément connu sous l’appellation houille) comme ressource énergétique. Ces découvertes régionales ont permis de démontrer que cette pratique apparaissait dès la fin du iie siècle dans le Nord de la Gaule. L’étude des sources écrites, principalement médiévales, et la reprise des données archéologiques anciennes, ont montré qu’hormis le travail du fer, les activités de brasserie, de fabrication de chaux, de chauffage ou de teinturerie utilisaient également cette ressource fossile.

La mise en évidence de l’usage de ce combustible dans ces différentes productions artisanales a soulevé de nombreuses questions. En effet, on peut se demander quels sont les évènements et les causes qui ont abouti à un tel usage et quelles en ont été les conséquences ?

L’histoire antique et médiévale de ces territoires est marquée par une forte expansion économique et démographique durant le Haut Empire et tout au long du second Moyen Âge. Le développement des centres urbains a provoqué des besoins en terme d’espaces habitables, agricoles ou artisanaux. Il s’est en partie fait au détriment des zones forestières et a entraîné une pénurie du bois ainsi qu’une inflation des prix. Les artisanats les plus dépendants de cette ressource se sont alors retrouvés dans l’obligation de se tourner vers un combustible alternatif, le charbon de terre, afin de répondre à leurs besoins énergétiques.

Cette thèse met en lumière la chaîne opératoire du charbon de terre qui va de son extraction à sa consommation en passant par sa commercialisation. Des analyses archéométriques, associées aux données textuelles, ont permis de cerner trois possibles zones d’approvisionnement pour le Nord de la France : les îles Britanniques, le Borinage (région occidentale du Hainaut), et le Boulonnais. Cette recherche met également en lumière les différents circuits commerciaux (mode de circulation, organisation du commerce, etc.) empruntés par cette matière. Enfin, elle aborde la question de son utilisation par le prisme de la métallurgie du fer. Les nombreuses études paléométallurgiques réalisées sur un corpus constitué de vingt-six sites et couvrant l’ensemble des périodes chronologiques concernées ont permis de comprendre les effets que peuvent avoir l’utilisation de ce combustible fossile, tant sur les procédés techniques, la formation des rebuts, que sur la place de ces artisanats et leurs impacts environnementaux.

ANTHROPOLOGIE ET ARCHÉOLOGIE DU FER

Colloque international dans le cadre de l’exposition « Frapper le fer. L’art des forgerons africains »

mercredi 4 & jeudi 5 mars 2020 de 9h30 à 18h30
en accès libre sans réservation

Salle de cinéma, 37, quai Branly, Paris 7e
www.quaibranly.fr

Ce colloque a pour but de casser le mur érigé entre anthropologie, archéologie et histoire antique autour de la culture du fer.

Téléchargez le programme « Frapper le fer »

 

Comité scientifique :
Philippe Charlier, département de la Recherche et de l’Enseignement, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris
Xavier-François Fauvelle, chaire « Histoire et archéologie des mondes africains », Collège de France, Paris
Dominique Garcia, Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), Paris
Laurent Olivier, Musée d’Archéologie Nationale (MAN), St-Germain-en-Laye
Caroline Robion-Bruner, Laboratoire TRACES – UMR5608, Université Toulouse – Jean Jaurès Maison de la Recherche

Coordination : Anna Gianotti Laban, responsable de la coordination des manifestations scientifiques, musée du quai Branly – Jacques Chirac, Paris

Le métal : de la matière à l’objet

La journée d’étude  « Le métal : de la matière à l’objet »  aura lieu vendredi 17 janvier de 10h30 à 17h en salle RdJ 1 de la MAE

Organisation

Céline Hachem et Céline Tomczyk

Avec le soutien de Francis Prost (archéologie grecque) et Christophe Petit (archéologies environnementales)

Téléchargez le programme

Programme

10.30-11.15 Christophe Petit, « Paléo-pollutions, mines et productions métalliques en Morvan autour du site de Bibracte : comment identifier des zones de productions métallurgiques régionales?»

11.15-12.00 Céline Tomczyk, « Les mines de cuivre européennes au Chalcolithique et à l’âge du Bronze : localisation, production et réseaux d’export »

12.00-12.45 Kévin Costa, « Le Planet et son district miner ; traces inédites d’une métallurgie au Néolithique »

12.45-13.45 Pause Déjeuner

13.45-14.15 Céline Hachem, « La petite statuaire de bronze : étude technique des statuettes phéniciennes du Ier millénaire av. J.-C. »

14.15-15.00 Héloïse Frébault, « La vaisselle de bronze du sanctuaire d’Olympie (VIe-IVe siècle av. J.-C.) : État de la recherche et nouvelles perspectives »

15.00-15.45 Camilla Fattore « Les chevaux de bronze : techniques de production de la sculpture grecque du VIe au Ier siècle av. J.-C. »

15.45-16.30 Héloïse Anginot, « Études technologiques et archéométallurgiques des grands bronzes antiques : Méthodes appliquées aux statues équestres gallo-romaines »

16.30-17.00 Francis Prost « Conclusion de la journée »

Un atelier d’orfèvre autour de l’an mil. Travail du cuivre, de l’argent et du fer à Oostvleteren (Flandre occidentale, Belgique)

Titre : « Un atelier d’orfèvre autour de l’an mil. Travail du cuivre, de l’argent et du fer à Oostvleteren (Flandre occidentale, Belgique) »

Auteur(s) : Lise Saussus et Nicolas Thomas (dir.), avec la collaboration de Maarten Bracke, Éric Goemaere, Thierry Leduc, Dries Tys, Laurent Verslype & Nolwenn Zaour

Lieu et date d’édition : Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2019.

Collection : Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVIII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 262 pages et 155 illustrations

ISBN : 978-2-87558-879-1

Prix : prix de lancement pour les particuliers : 35 € TVAC hors frais de port (livre imprimé). Prix de l’éditeur : 43,50 € (livre imprimé) et 29 € (eBook).

Pour commander et bénéficier du prix de lancement (35 € pour les particuliers) : contacter craneditions@uclouvain.be

Téléchargez le sommaire.

 

Résumé / Abstract :

En 2014, les fouilles archéologiques préventives réalisées par Monument Vandekerckhove aux abords du village d’Oostvleteren (Flandre occidentale) ont révélé les vestiges d’un atelier métallurgique daté entre la fin du Xe et le début du XIe siècle. Établi aux confins du pagus de l’Yser, le domaine de Fletrinio in pago Isseretio est caractéristique des propriétés qui se développent dans la plaine maritime flamande à cette période. Le travail conjoint des alliages à base de cuivre et de l’argent ainsi que du fer y met en exergue le rôle économique et l’importance sociale du site dont le noyau d’habitat, doté d’une église, est tôt adossé à une résidence castrale. Une unique fosse témoigne de cet atelier dont les nombreux déchets ont été étudiés à l’aide de méthodes qualitatives et quantitatives. Ils éclairent les différents aspects de la production et permettent d’en apprécier l’intensité. Les techniques de fonderie et de l’affinage de l’argent par coupellation, la qualité et la provenance des terres utilisées, les alliages mis en œuvre, les indices de l’élaboration du laiton par cémentation, ainsi que le répertoire des objets fabriqués sont mis en lumière, comblant une lacune pour la période et la région. Prenant en compte les enjeux environnementaux et définissant le cadre historique, étroitement corrélés, la polyvalence d’un artisan, sa sédentarité, sa mobilité voire son origine sont mises en question. Il en ressort que, dans un environnement favorable aux échanges maritimes et commerciaux, l’atelier d’Oostvleteren a produit de petites séries d’objets de la parure, très probablement liée à l’équipement du cheval et du cavalier, au bénéfice d’une clientèle privilégiée.

In 2014, archaeological excavations in advance of development were carried out by Monument Vandekerckhove nv at the edge of the village of Oostvleteren (West Flanders). They revealed the remains of a medieval metallurgical workshop dating from the late 10th to early 11th centuries. Established on the outskirts of the pagus of the Yser, the estate of Fletrinio in pago Isseretio is typical of the Flemish maritime plain during this period. The working of copper-based alloys, silver and also iron highlights the economic role and the social importance of the site whose centre, with its church, had an early castle next to it. The finds from a single pit provide evidence of the activity of the workshop, and they were studied using both qualitative and quantitative methods. They shed light on the different aspects of production and its intensity. The techniques of casting and of silver refining by cupellation, the quality and provenance of the clay and the alloys used, the evidence of brass cementation, as well as the range of objects produced are filling a gap in our knowledge for the period and the area. Taking into account the related environmental issues and historical framework, the multiple skills of the craftsman are considered, as are his origins and whether he was settled or itinerant. It appears that in an environment favourable to maritime and commercial exchanges, the Oostvleteren workshop produced small series of decorative objects, most probably harness fittings and riding equipment for a privileged clientele.

DARA 47 : L’entreprise minière de Brandes, XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans (Isère).

Vient de paraître le DARA 47 intitulé  « L’entreprise minière de Brandes, XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans (Isère). Extraction et transformation de minerais argentifères  »  sous la direction de Marie-Christine Bailly-Maître aux éditions de l’ALPARA.  

Présentation

L’objectif premier de cet ouvrage est de publier l’ensemble de la chaîne opératoire qui conduit de l’extraction du minerai jusqu’à la phase ultime d’enrichissement, c’est-à-dire le lavage. L’approche est
à la fois historique, archéologique et archéométrique. Historique grâce à une relecture de l’ensemble des textes relatifs à Brandes, à partir d’un corpus enrichi par une recherche systématique dans des fonds encore non explorés, notamment en l’élargissant à l’ensemble du massif de l’Oisans, à la politique minière et monétaire des Dauphins et en intégrant les archives de la prévôté d’Oulx conservées aux archives de Turin (Italie). Cette documentation ne concerne past ricto sensu la chaîne opératoire du traitement minéralurgique, mais elle permet de mieux connaître le site dans son ensemble et d’en appréhender l’importance. Archéologique, grâce à la fouille d’une partie importante du quartier industriel qui occupe l’extrémité occidentale du site. Les campagnes de terrain de ces quinze dernières années ont apporté des informations inédites sur le traitement du minerai grâce à la découverte des ateliers, des outils et des déchets correspondant aux différentes étapes de la chaîne opératoire. Un moulin hydraulique destiné au broyage du minerai, premier du genre fouillé et étudié pour le Moyen Âge, a été mis au jour. Il est désormais possible de proposer une restitution de l’organisation et du fonctionnement du quartier industriel. Archéométrique, enfin, car des analyses ont été réalisées sur les minerais, sur les déchets de minéralurgie comme les sables de lavage, etc. La collaboration avec des géologues et des archéomètres a considérablement élargi le champ des connaissances.
Pour autant, si l’essentiel de cet ouvrage est consacré à la chaîne opératoire du traitement d’un minerai polymétallique argentifère, il contient aussi les dernières avancées relatives à l’agglomération minière. En 1994, un premier volume de la collection des DARA faisait le point sur cette agglomération et sur les chantiers extractifs. Il a paru intéressant de contextualiser les acquis les plus récents en reprenant en partie certains aspects de l’agglomération et de la mine, ceci afi n de montrer à quel point Brandes est une cité ouvrière et combien ceux qui l’habitent sont au service de l’entreprise minière.

Pour passer commande, rendez-vous sur ce lien ou par mail ! 

Les métaux précieux en Méditerranée médiévale – BIAMA n° 27

Minvielle Larousse N., M.-C. Bailly-Maître, et G. Bianchi (ed.), Les métaux précieux en Méditerranée médiévale. Exploitations, transformations, circulations : actes du colloque international d’Aix-en-Provence, 6-8 octobre 2016, Aix-en-Provence, Centre Camille-Jullian / Presses Universitaires de Provence, coll.« Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine », n˚ 27, 2019, 348 p. ISBN 979-10-320-0230-8

Présentation :
Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque international tenu à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence les 6, 7 et 8 octobre 2016. Organisée par le Laboratoire d’Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (CNRS, Aix-Marseille Université) et par le Dipartimento di Scienze Storiche e dei Beni Culturali de l’Université de Sienne, cette rencontre a réuni près de cinquante spécialistes du Moyen Âge – archéologues, historiens, géochimistes – autour des métaux précieux en Méditerranée.

Ce livre entend examiner un long processus qui s’étend de l’extraction des minerais jusqu’à la diffusion des métaux, en articulant les techniques aux sociétés et aux pouvoirs. Le panorama des principaux lieux de la production, ici présenté sous forme de synthèses régionales, côtoie des études qui suivent les différentes phases de ce processus, de façon à confronter les sources, les approches et à faciliter les comparaisons. L’enquête se focalise enfin sur les circulations des métaux, en mettant en évidence les problèmes de sources et de méthodes que cela induit, tout en proposant des relectures historiographiques fondées sur les résultats de travaux récents.

Pour la première fois, la Méditerranée médiévale fournit le cadre géographique d’une réflexion collective consacrée aux productions et circulations des métaux précieux. Au-delà du simple bilan de connaissances, ce livre entend finalement proposer quelques jalons pour une histoire comparée et connectée : l’approfondissement, puis la confrontation d’enquêtes monographiques et régionales offrent dans cette optique de fécondes perspectives pour les années à venir.

Table des matières

Colloque ICA II Expérimentation ab initio et analogie : apport de l’archéologie expérimentale à la fouille et aux études de mobilier

Colloque ICA II du 26 septembre au 1er octobre 2019

lien : https://metallurgy-ica.wixsite.com/ica2

Au cours du colloque, les intervenants présenteront les sites archéologiques sur lesquels sont pratiqués des travaux d’archéologie expérimentale. Il s’agira également de créer un lieu de rencontre et de dialogue entre chercheurs afin de créer de nouvelles synergies interdisciplinaires, en laissant en particulier une grande place aux équipes qui souhaiteraient entamer une démarche expérimentale. La première journée sera dédiée au monde égyptien et soudanais, en connexion avec Sorbonne Université et l’UMR 8167 du CNRS (Orient & Méditerranée, équipe Mondes Pharaoniques). Les deux jours suivant se concentreront sur les aspects méthodologiques, les missions de fouilles hors Égypte ou Soudan, des thématiques spécifiques et les recherches menées par les laboratoires dont le LAPA comme acteur principal à l’université MSH Paris-Saclay.Enfin, quatre jours d’expérimentation se dérouleront  à Melle, sur la plateforme expérimentale des Mines d’Argent.

ICA I, Studies in Experimental Archaeometallurgy : Methodological Approaches from Non-Ferrous Metallurgies

This volume brings together a range of methodological approaches to the study of ancient metallurgy, all of which draw on experimental archaeology to an important degree. The integration of archaeological excavation, archaeometry and experimental archaeology in a holistic research framework for archaeometallurgy is thus developed from different perspectives to illustrate its potential as a research tool in ancient technology studies.

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 9e séance

La 9e séance des RIMs (Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux) consacrée à la thématique de la mise en oeuvre du métal dans les charpentes et dans les couvertures se tiendra le jeudi 10 octobre 2019 entre 13h et 17h45. 

Adresse : INHA, 2 rue Vivienne, Paris, Salle André Chastel

Au programme (téléchargez ici les résumés des communications) :

Le savoir fer d’une charpente en bois dans les grands édifices médiévaux et modernes belges.
Christophe Maggi (Institut Royal du Patrimoine Artistique, Bruxelles, Belgique)

Charpentes métalliques dans les églises belges (1840-1940) : avènement, évolution et contextualisation
Romain Wibaut (Département Architectural Engineering de la Vrije Universiteit Brussel & Département Architecture de la faculté Engineering Science de la KU Leuven, Belgique)

Observer, reproduire et réinventer : la couverture en plomb chez Eugène Viollet-le-Duc
Stéphanie Diane Daussy (Laboratoire Archéologie et Archéométrie, CNRS UMR 5138, Lyon, France)
Arnaud Timbert (Université Picardie Jules-Verne, TrAme EA 4284, Amiens, France)

Entre corrosion et décors : caractériser les polychromies sur les plombs de couverture
Aurélia Azéma (Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, Pôle métal, CRC USR 3224, Champs-sur-Marne, France)  

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :
philippe.dillmann@cea.fr
maxime.l_heritier@univ-paris8.fr
gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :
http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité

Titre : « Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité »

Auteur(s) : Lise Saussus (dir.), avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou

Lieu et date d’édition : Douai et Louvain-la-Neuve, 2019

Collection : Collection Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 277 pages

ISBN : 978-2-9567195-0-2 et 978-2-9302080-5-3

Prix : 30 € TVAC hors frais de port

Commander : craneditions@uclouvain.be

Sommaire : CAJM 17 Travailler le cuivre au XIIIe siècle

Résumé / Abstract :

De 1983 à 1987, une fouille archéologique rue Saint-Julien à Douai révèle un atelier et ses quelques milliers de déchets témoignant d’un travail du cuivre et de ses alliages au XIIIe siècle. Cette publication examine l’unité de production à la lumière des sources archéologiques, mais aussi de sources écrites et archéométriques. Elle présente le cadre de la découverte à l’échelle de la ville jusqu’à celle de la parcelle en s’intéressant à l’intégration des métiers du cuivre dans le tissu urbain. L’étude de la stratigraphie et des structures composant cet atelier dans un vaste espace de près de 1 000 m² précède l’analyse du mobilier métallurgique, des techniques variées, en particulier celles des réparations de vaisselle, mais aussi des alliages mis en œuvre. Enrichie par l’examen du travail du fer, associé à celui du cuivre, et d’une partie de la vaisselle en céramique consommée sur le site, l’étude illustre un de ces ateliers de proximité qui ont subsisté à côté des grands centres de production tels ceux de la vallée de la Meuse. Voué à l’entretien des vaisselles, enclin à répondre à des commandes variées, ce type d’ateliers actifs aux échelles locales, celles de la ville et de ses alentours, profite de la circulation des productions de masse mises sur le marché à une échelle globale.

 

From 1983 to 1987, an archaeological excavation along the rue Saint-Julien in Douai revealed a workshop and its several thousand pieces of waste, testifying to the work of copper and its alloys during the 13th century. In this book, the workplace is examined in the light of archaeological sources, but also of written and archaeometric sources. It presents the framework of the discovery from the global scale of the city to the particular plot by focusing on the integration of the metalworking professions into the urban fabric. The study of the stratigraphy and structures composing this workshop in a vast space of nearly 1,000 m² precedes the analysis of the metallurgical finds, of the various techniques, in particular those of cooking and table utensil’s repairs, but also of the alloys used. Enriched by the examination of the ironwork associated with the copperwork, and part of the ceramic tableware consumed on the site, the study illustrates one of these local workshops that have survived alongside major production centres, such as those in the Meuse valley. Dedicated to the maintenance of crockery, inclined to respond to various demands, this type of workshop, active at the local level of the city and its surroundings, benefits from the circulation of mass productions placed on the market on a global scale.