Archives par mot-clé : fer

Soutenance de thèse – Emmanuelle Meunier

Le 12 octobre 2018 à 14h, dans la salle D29 de la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse Jean Jaurès, Emmanuelle Meunier soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Évolutions dans l’exploitation minière entre le second âge du Fer et le début de la période romaine dans le Sud-Ouest de la Gaule. Le cas du district pyrénéen à cuivre argentifère du Massif de l’Arize ».

Cette thèse a été réalisée sous la direction de Jean-Paul Métailié (GÉODE) et Béatrice Cauuet (TRACES)

Télécharger l’invitation ici.

Télécharger le résumé de la thèse ici.

« Adventure in Iron » by B. G. Awty

Une publication prévue pour 2018 :

Adventure in Iron. 

The blast furnace and its spread from Namur to northern France, England and North America,1450-1640; a technological, political and genealogical investigation.

par Brian G. Awty

Cette recherche a joué un rôle essentiel dans la connaissance de la diffusion du procédé indirect d’élaboration du fer à partir de la fin du Moyen Âge. L’auteur (maintenant décédé) y a consacré plus de vingt ans, recueillant les données textuelles dans les dépôts d’archives de plusieurs pays (Royaume Uni, France, Belgique, etc.).

Plus d’informations sur le site internet du wealden iron research group.

Details of the book

The introduction of water-powered bellows in the manufacture of iron during the Middle Ages brought about a radical technological change. The taller furnace resulted in greater efficiency, with a much greater proportion of the iron extracted from the ore, but at least some of the iron produced was contaminated by carbon, and this cooled into a brittle cast iron, an apparently useless by-product, quite different from the intended wrought iron.

Gradually it became evident that cast iron could be put to use, like other metals such as lead and tin, by running it into moulds. At the same time a variety of techniques to ‘fine’, or eliminate its impurities were tried, so that useful wrought iron might again become the end product. The blast furnace was among the new processes that evolved. However, a satisfactory way of fining cast iron in large quantities, and making the ‘indirect method’ of iron production more practicable, evolved only in the 1440s. Such developments could not be accomplished without the craftsmen who were prepared to leave their homes and travel over land and sea, bringing with them skills which were handed down, sometimes across several generations, their techniques oft en being modified and improved in the process. These people are the heroes of this study.

In the very earliest period we know many of their names because it was to them that the leases of works were made, without the intervention of merchants or other procurers of capital. Although aft er around 1500 the names of technicians were replaced in leases and lawsuits by the names of forgemasters, oft en drawn from the ranks of landowners and merchants, the names of many of the individual workmen who carried the industry to England from northern France are preserved, found in the rolls of denization (naturalization) in the 1540s, when the threat of war with France made it expedient to order foreign nationals to become naturalized, or to quit the realm.

Contents (download detailed contents here)
Part I
1 Warfare and Water Power transform Ironworking
2 Ironworks in Namur and Burgundy
3 The First Walloon Migration
4 Ironworking in the Beauvaisis and Normandy
5 Henry VII and Ironfounding in the Weald
6 Expansion in the Weald up to 1525

Part II
7 Consolidation and the Manufacture of Cannon, 1525-1550
8 Wealden Iron to its Zenith and beyond its Borders, 1551-1575
9 Expansion throughout Britain and to America, 1575-1650

APPENDIX 1: Ironworkers listed in the denization rolls of 1541 and 1544
APPENDIX 2: Aliens in Lay Subsidy rolls of the Weald, 1524-1595

« La métallurgie du fer dans le Poitou »

La thèse de Guillaume Saint-Didier (HeRMA, EA 3811, université de Poitiers) vient d’être publiée dans la collection « Archéologie et culture » des Presses Universitaires de Rennes.

La sidérurgie a livré de nombreux vestiges archéologiques dans le Poitou ; une quarantaine de sites d’extraction du minerai de fer, et plus de 900 ateliers métallurgiques, identifiables grâce aux tas de scories qu’ils ont laissé (les ferriers), sont recensés sur ce territoire et sur ses marges immédiates. À l’aide d’indices, environ 250 d’entre eux ont été découverts à l’occasion des prospections menées il y a moins de dix ans dans le cadre d’un travail de doctorat.

Les ferriers sont très majoritairement de petites dimensions, ce qui semble témoigner d’une activité sidérurgique plutôt modeste, attestée du IIIe siècle av. J.-C. au XVe siècle. Si la phase de transformation du minerai en métal (la réduction) a livré de nombreux sites, celle de la post-réduction (forgeage) n’a permis d’inventorier que 29 forges connues ou supposées sur l’ensemble du territoire. Des analyses chimiques ont permis d’aborder la question de l’approvisionnement en minerai des ateliers.

Trois sites ont été étudiés de manière plus approfondie ; ils ont été choisis de manière à représenter l’ensemble de la période étudiée et différentes étapes de la chaîne opératoire. Le site de « La Basse-Flotte » à Saint-Cyr (Vienne), avec son unique fourneau de réduction directe à scories piégées (IIIe s. av. J.-C.), constitue le premier. L’atelier métallurgique médiéval de « La Chagnasse » à Viennay (Deux-Sèvres) est le second.

Enfin, la fouille de « La Petite-Ouche 2 » à Rom (Deux-Sèvres), où une activité de forgeage a été reconnue au début de la période romaine, correspond au troisième.

Iron in Archaeology: Bloomery Smelters and Blacksmiths in Europe and Beyond

Le colloque « Iron in Archaeology: Bloomery Smelters and Blacksmiths in Europe and Beyond » est une conférence internationale en l’honneur de de Radomír Pleiner et des 50 ans du Comité pour la Sidérugie Ancienne.

Il se tiendra au National Technical Museum de Prague du 30 mai au 2 juin 2017.
www.ntm.cz

Téléchargez le programme préliminaire.

Plus d’informations sur le site du colloque.

The aim of the conference is to bring together scholars involved in research on early ironworking and to share the newest results and experiences achieved in this field. Very welcome contributions are those informing about recently excavated bloomeries and smithies, about results of analyses of slags and iron artefacts, about new analytical methods developed, new trends and achieved results in experimental archaeometallurgy of iron etc.

The event will be held at Prague in the spring of 2017, thus 30 years after R. Pleiner himself organized a similar CPSA conference at Liblice near Prague1. Conferences organized under the auspice of the CPSA have already a long tradition, which will be, by the forthcoming event, revived and continued. The first meeting was held at Schaffhausen in 1970, the others at Eisenstadt in 1975, Schaffhausen in 1979, Sankelmark in 1980, Vordernberg in 1981, Populonia in 1983, Belfast in 1984, Norberg in 1985, Mainz in 1986, Liblice in 1987 (the 20th anniversary of CPSA), Val Camonica in 1988, Kielce-Ameliówka in 1989, Sévenans-Belfort in 1990, Budal in 1991, Ripoll in 1993, Besançon in 1993, Plas Tan y Bwlch in 1997 (the 30th anniversary of CPSA), Bienno in 1998, Sopron-Somogyfajsz in 1999, Sandbjerg in 1999 and Uppsala in 2001. All these conferences were the most enjoyable and friendly of occasions, which helped to bond together a family of scholars of European early ironworking. We believe that the forthcoming conference in Prague will also be such an event.

Des Hommes et du Fer en Aquitaine – XVIIIe-XXe siècles

Le colloque ‘Des Hommes et du Fer en Aquitaine – XVIIIe-XXe siècles’ se tiendra les 19 et 20 mai 2017 à Sabres dans les Landes.

Écomusée de Marquèze
Route de la Gare, 40630 SABRES
www.marqueze.fr

Téléchargez le programme.

Des milliers d’Aquitains ont travaillé et vécu dans et par les forges/fonderies. Produire du métal et le travailler est une activité très ancienne, qui a duré jusqu’au XXe siècle. Il s’agissait de fabriquer des armes, ainsi que des objets de la vie courante tels que marmites, pompes à eau, etc. Tout un « savoir-fer » aujourd’hui disparu, dont la mémoire est à refondre, à travers les arts et l’histoire des techniques. Pour obtenir du fer, il fallait réunir les ressources locales, dans une autonomie du territoire : le minerai (par exemple la garluche dans les Landes) et le charbon de bois. L’énergie des retenues d’eau animait les soufflets et outils pour forger, celle du feu permettait de faire fondre et couler la fonte. Mais il fallait aussi l’énergie des hommes, dirigeants ou employés comme mineur, charbonnier, fondeur, ingénieur. Au milieu du XVIIIe siècle, l’artisanat est remplacé par des établissements industriels, plus mécanisés, avec de nouveaux rapports entre hommes, des bouleversements par rapport au temps et au travail. Cette histoire permet d’aborder des sujets au coeur de l’actualité : ressources du sous-sol, énergie renouvelable, autonomie des territoires, conditions de travail. Le colloque « Des hommes et du fer » vous propose de découvrir l’histoire moderne de la métallurgie de l’ancienne région Aquitaine (5 départements représentés), par des communications, un programme complémentaire avec spectacle/exposition/visite …

Soutenance de thèse – Jean Milot

Jean Milot (Université Toulouse Jean-Jaurès) a soutenu sa thèse le lundi 19 décembre. Elle porte sur  l’Utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens : développement méthodologique et applications archéologiques.
Ce travail de thèse a été effectué au sein des laboratoires GET et TRACES de Toulouse, sous la direction de Franck Poitrasson et Sandrine Baron.

Composition du jury :

  • Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS, IRIMAT/CEA, Paris (rapporteur)
  • Béatrice Luais, Chargée de recherche CNRS, CRPG, Nancy (rapporteur)
  • Sabine Klein, Professeure, Goethe University, Francfort (rapporteur)
  • Didier Béziat, Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse (examinateur)
  • Christian Rico, Maître de conférences, Université Jean Jaurès, Toulouse (examinateur)
  • Anne-Marie Desaulty, Ingénieure au BRGM, Orléans (examinateur)
  • Franck Poitrasson, Directeur de recherche CNRS, GET, Toulouse (directeur de thèse)
  • Sandrine Baron, Chargée de recherche, TRACES, Toulouse (co-directrice de thèse)

Résumé :

L’objectif de ce travail de thèse a été de développer l’utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens, principalement ferreux. Notre approche méthodologique s’est articulée autour de trois axes majeurs. Le premier axe a consisté à étudier l’influence potentielle des processus métallurgiques sur la composition isotopique du fer des métaux produits. Pour cela, nous avons mesuré la composition isotopique du fer d’échantillons issus d’expérimentations de réduction de minerai de fer en bas fourneau, réalisées sur un site sidérurgique majeur de la période romaine (la Montagne Noire, Sud-Ouest de la France). Le second axe a eu pour objectif de valider ce nouveau traceur en mesurant la composition des isotopes du fer de minerais, scories et objets en fer issus d’un contexte archéologique connu et dont la provenance avait déjà été identifiée par des analyses élémentaires. Nous avons alors mesuré la composition des isotopes du fer de barres de fer principalement retrouvées dans des épaves romaines au large des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). Enfin, le troisième axe a eu pour vocation d’estimer la pertinence, mais aussi les limites de ce nouvel outil en l’appliquant à deux terrains archéologiques très différents, où aucune étude de traçage classique n’avait été utilisée précédemment. Ces deux terrains concernaient la sidérurgie ancienne au Togo et la production de plomb argentifère médiévale au Maroc.

Les résultats obtenus montrent que la composition isotopique du fer de la scorie et du métal produit est similaire à celle du minerai correspondant. Il n’y a donc pas de fractionnement des isotopes du fer tout au long de la chaîne opératoire de production de fer. De plus, et contrairement à certains traceurs élémentaires, les isotopes du fer ne sont pas contaminés par la paroi du four très pauvre en cet élément durant la réduction. Ceci permet ainsi d’établir des liens de provenance directs entre un objet en fer et un minerai. L’application de cette méthode de traçage à un contexte archéologique déjà largement étudié a permis de valider les hypothèses de provenance d’objets archéologiques. En outre, les isotopes du fer peuvent être plus discriminants que les éléments en trace car ils permettent notamment de différencier des productions de fer temporellement et géographiquement très proches. Le traçage est ainsi affiné. Enfin, nos résultats préliminaires suggèrent que les analyses des isotopes du fer pourraient également être appliquées à l’étude de la production de métaux non ferreux.

Cette étude offre ainsi de nombreuses perspectives, telles que l’étude de la provenance de pièces de musée étant donné la faible quantité de matière nécessaire, l’établissement d’une base de données de composition isotopique du fer de minerais archéologiques et l’élaboration d’une méthode de traçage commune aux métaux ferreux et non ferreux.