Archives par mot-clé : Histoire

F. Pierre et A. Wéber : « De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance »

“…a bien deux mille pas dans le creus d’une montaigne”
De Bussang au Thillot : retour sur les richesses minières vosgiennes à la Renaissance

de Francis Pierre & Alain Wéber †
Préface du Prof. Dr. Rainer Slotta, ancien directeur du Deutsches Bergbau-Museum, Bochum

À l’extrême sud de la Lorraine sous les ballons de la chaîne vosgienne, au long de la Moselle naissante, les villages de Bussang, St-Maurice, Fresse, Le Thillot, Le Ménil, Ramonchamp, Ferdrupt et Rupt ont été le siège d’une économie montagnarde particulière. L’aventure commencée au milieu du XVIe siècle avec l’ouverture de mines d’argent se poursuit aux XVIIe et XVIIIe siècles par une métallurgie basée sur l’extraction du cuivre, puis l’exploitation du fer conclut le processus au milieu du XIXe siècle. Sur ce territoire façonné par les activités minières et métallurgiques, les traces et les vestiges souvent méconnus sont encore visibles, fréquemment cachés et protégés par la forêt.
Les études historiques et archéologiques menées par les membres de la Société d’Étude et de Sauvegarde des Anciennes Mines ont sorti de l’oubli une histoire et un patrimoine particulièrement originaux. Parmi ces originalités, la découverte archéologique des modalités de l’invention d’une nouvelle technique utilisant la poudre noire en mine au Thillot en 1617, a récemment placé ce site en référence internationale.

Téléchargez le flyer.

Thèse sur le plomb dans la construction

Vous trouverez ci-dessous une offre de sujet de thèse à pourvoir à l’université Paris 8 (en cotutelle avec Toulouse), portant sur « Le plomb dans la construction monumentale : usages, pratiques, approvisionnements (XIIe-XIXe siècles) » financée par le CNRS dans le cadre du chantier scientifique Notre-Dame.
Cette offre de thèse est publiée sur le portail du CNRS où se trouvent tous les détails sur la candidature et les pièces à fournir : https://emploi.cnrs.fr/Offres/Doctorant/UMR7041-MAXLHE-002/Default.aspx
La thèse débutera au 1er novembre 2020.
L’offre en français : ici
Offer in English : here

soutenance de thèse de Benjamin Jagou

Benjamin Jagou a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse de doctorat intitulée « L’usage du charbon de terre dans le Nord de la France jusqu’à l’époque moderne » réalisée sous la direction de Anne Nissen et le tutorat de Danielle Arribet-Deroin.

La soutenance aura lieu le mercredi 26 février 2020 à 14h à l’INHA (2 rue Vivienne, 75002 Paris),

Devant un jury composé de :
– Danielle Arribet-Deroin, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Aline Durand, Professeure à l’Université du Mans
– Philippe Fluzin, Directeur de recherche au CNRS, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
– Anne Nissen, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Christophe Petit, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
– Dries Tys, Professeur à la Vrije Universiteit Brussel
– Catherine Verna, Professeure à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Téléchargez l’invitation

La soutenance sera suivie d’un moment de convivialité

 

Résumé

Les opérations d’archéologie préventive réalisées dans le Nord de la France depuis une dizaine d’années ont permis de mettre au jour des traces d’activités sidérurgiques utilisant le charbon de terre (plus communément connu sous l’appellation houille) comme ressource énergétique. Ces découvertes régionales ont permis de démontrer que cette pratique apparaissait dès la fin du iie siècle dans le Nord de la Gaule. L’étude des sources écrites, principalement médiévales, et la reprise des données archéologiques anciennes, ont montré qu’hormis le travail du fer, les activités de brasserie, de fabrication de chaux, de chauffage ou de teinturerie utilisaient également cette ressource fossile.

La mise en évidence de l’usage de ce combustible dans ces différentes productions artisanales a soulevé de nombreuses questions. En effet, on peut se demander quels sont les évènements et les causes qui ont abouti à un tel usage et quelles en ont été les conséquences ?

L’histoire antique et médiévale de ces territoires est marquée par une forte expansion économique et démographique durant le Haut Empire et tout au long du second Moyen Âge. Le développement des centres urbains a provoqué des besoins en terme d’espaces habitables, agricoles ou artisanaux. Il s’est en partie fait au détriment des zones forestières et a entraîné une pénurie du bois ainsi qu’une inflation des prix. Les artisanats les plus dépendants de cette ressource se sont alors retrouvés dans l’obligation de se tourner vers un combustible alternatif, le charbon de terre, afin de répondre à leurs besoins énergétiques.

Cette thèse met en lumière la chaîne opératoire du charbon de terre qui va de son extraction à sa consommation en passant par sa commercialisation. Des analyses archéométriques, associées aux données textuelles, ont permis de cerner trois possibles zones d’approvisionnement pour le Nord de la France : les îles Britanniques, le Borinage (région occidentale du Hainaut), et le Boulonnais. Cette recherche met également en lumière les différents circuits commerciaux (mode de circulation, organisation du commerce, etc.) empruntés par cette matière. Enfin, elle aborde la question de son utilisation par le prisme de la métallurgie du fer. Les nombreuses études paléométallurgiques réalisées sur un corpus constitué de vingt-six sites et couvrant l’ensemble des périodes chronologiques concernées ont permis de comprendre les effets que peuvent avoir l’utilisation de ce combustible fossile, tant sur les procédés techniques, la formation des rebuts, que sur la place de ces artisanats et leurs impacts environnementaux.

DARA 47 : L’entreprise minière de Brandes, XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans (Isère).

Vient de paraître le DARA 47 intitulé  « L’entreprise minière de Brandes, XIe-XIVe siècles, Huez, Oisans (Isère). Extraction et transformation de minerais argentifères  »  sous la direction de Marie-Christine Bailly-Maître aux éditions de l’ALPARA.  

Présentation

L’objectif premier de cet ouvrage est de publier l’ensemble de la chaîne opératoire qui conduit de l’extraction du minerai jusqu’à la phase ultime d’enrichissement, c’est-à-dire le lavage. L’approche est
à la fois historique, archéologique et archéométrique. Historique grâce à une relecture de l’ensemble des textes relatifs à Brandes, à partir d’un corpus enrichi par une recherche systématique dans des fonds encore non explorés, notamment en l’élargissant à l’ensemble du massif de l’Oisans, à la politique minière et monétaire des Dauphins et en intégrant les archives de la prévôté d’Oulx conservées aux archives de Turin (Italie). Cette documentation ne concerne past ricto sensu la chaîne opératoire du traitement minéralurgique, mais elle permet de mieux connaître le site dans son ensemble et d’en appréhender l’importance. Archéologique, grâce à la fouille d’une partie importante du quartier industriel qui occupe l’extrémité occidentale du site. Les campagnes de terrain de ces quinze dernières années ont apporté des informations inédites sur le traitement du minerai grâce à la découverte des ateliers, des outils et des déchets correspondant aux différentes étapes de la chaîne opératoire. Un moulin hydraulique destiné au broyage du minerai, premier du genre fouillé et étudié pour le Moyen Âge, a été mis au jour. Il est désormais possible de proposer une restitution de l’organisation et du fonctionnement du quartier industriel. Archéométrique, enfin, car des analyses ont été réalisées sur les minerais, sur les déchets de minéralurgie comme les sables de lavage, etc. La collaboration avec des géologues et des archéomètres a considérablement élargi le champ des connaissances.
Pour autant, si l’essentiel de cet ouvrage est consacré à la chaîne opératoire du traitement d’un minerai polymétallique argentifère, il contient aussi les dernières avancées relatives à l’agglomération minière. En 1994, un premier volume de la collection des DARA faisait le point sur cette agglomération et sur les chantiers extractifs. Il a paru intéressant de contextualiser les acquis les plus récents en reprenant en partie certains aspects de l’agglomération et de la mine, ceci afi n de montrer à quel point Brandes est une cité ouvrière et combien ceux qui l’habitent sont au service de l’entreprise minière.

Pour passer commande, rendez-vous sur ce lien ou par mail ! 

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 9e séance

La 9e séance des RIMs (Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux) consacrée à la thématique de la mise en oeuvre du métal dans les charpentes et dans les couvertures se tiendra le jeudi 10 octobre 2019 entre 13h et 17h45. 

Adresse : INHA, 2 rue Vivienne, Paris, Salle André Chastel

Au programme (téléchargez ici les résumés des communications) :

Le savoir fer d’une charpente en bois dans les grands édifices médiévaux et modernes belges.
Christophe Maggi (Institut Royal du Patrimoine Artistique, Bruxelles, Belgique)

Charpentes métalliques dans les églises belges (1840-1940) : avènement, évolution et contextualisation
Romain Wibaut (Département Architectural Engineering de la Vrije Universiteit Brussel & Département Architecture de la faculté Engineering Science de la KU Leuven, Belgique)

Observer, reproduire et réinventer : la couverture en plomb chez Eugène Viollet-le-Duc
Stéphanie Diane Daussy (Laboratoire Archéologie et Archéométrie, CNRS UMR 5138, Lyon, France)
Arnaud Timbert (Université Picardie Jules-Verne, TrAme EA 4284, Amiens, France)

Entre corrosion et décors : caractériser les polychromies sur les plombs de couverture
Aurélia Azéma (Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, Pôle métal, CRC USR 3224, Champs-sur-Marne, France)  

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3299 CEA/CNRS et LMC-IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Contacts :
philippe.dillmann@cea.fr
maxime.l_heritier@univ-paris8.fr
gaspard.pages@cnrs.fr

Rencontres précédentes :
http://www.mae.parisnanterre.fr/rencontres-interdisciplinaires-sur-les-metaux-rims/

Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité

Titre : « Travailler le cuivre à Douai au XIIIe siècle. Histoire et archéologie d’un atelier de proximité »

Auteur(s) : Lise Saussus (dir.), avec la collaboration de Nicolas Thomas, Marisa Pirson et Benjamin Jagou

Lieu et date d’édition : Douai et Louvain-la-Neuve, 2019

Collection : Collection Archaeologia Duacensis, 31 – Collection d’archéologie Joseph Mertens, XVII

Format : 21 x 29,5 cm – Relié sous couverture souple, quadrichromie

Pages : 277 pages

ISBN : 978-2-9567195-0-2 et 978-2-9302080-5-3

Prix : 30 € TVAC hors frais de port

Commander : craneditions@uclouvain.be

Sommaire : CAJM 17 Travailler le cuivre au XIIIe siècle

Résumé / Abstract :

De 1983 à 1987, une fouille archéologique rue Saint-Julien à Douai révèle un atelier et ses quelques milliers de déchets témoignant d’un travail du cuivre et de ses alliages au XIIIe siècle. Cette publication examine l’unité de production à la lumière des sources archéologiques, mais aussi de sources écrites et archéométriques. Elle présente le cadre de la découverte à l’échelle de la ville jusqu’à celle de la parcelle en s’intéressant à l’intégration des métiers du cuivre dans le tissu urbain. L’étude de la stratigraphie et des structures composant cet atelier dans un vaste espace de près de 1 000 m² précède l’analyse du mobilier métallurgique, des techniques variées, en particulier celles des réparations de vaisselle, mais aussi des alliages mis en œuvre. Enrichie par l’examen du travail du fer, associé à celui du cuivre, et d’une partie de la vaisselle en céramique consommée sur le site, l’étude illustre un de ces ateliers de proximité qui ont subsisté à côté des grands centres de production tels ceux de la vallée de la Meuse. Voué à l’entretien des vaisselles, enclin à répondre à des commandes variées, ce type d’ateliers actifs aux échelles locales, celles de la ville et de ses alentours, profite de la circulation des productions de masse mises sur le marché à une échelle globale.

 

From 1983 to 1987, an archaeological excavation along the rue Saint-Julien in Douai revealed a workshop and its several thousand pieces of waste, testifying to the work of copper and its alloys during the 13th century. In this book, the workplace is examined in the light of archaeological sources, but also of written and archaeometric sources. It presents the framework of the discovery from the global scale of the city to the particular plot by focusing on the integration of the metalworking professions into the urban fabric. The study of the stratigraphy and structures composing this workshop in a vast space of nearly 1,000 m² precedes the analysis of the metallurgical finds, of the various techniques, in particular those of cooking and table utensil’s repairs, but also of the alloys used. Enriched by the examination of the ironwork associated with the copperwork, and part of the ceramic tableware consumed on the site, the study illustrates one of these local workshops that have survived alongside major production centres, such as those in the Meuse valley. Dedicated to the maintenance of crockery, inclined to respond to various demands, this type of workshop, active at the local level of the city and its surroundings, benefits from the circulation of mass productions placed on the market on a global scale.

 

Conférence 2014 – Historical Metallurgy Society

Conférence annuelle 2014 de l’Historical Metallurgy Society.
« Metallurgy in warfare – A spur to innovation and development ».
 
3 – 5 octobre 2014.
City Hall, Malthouse Lane, Salisbury, Wiltshire – Angleterre.
 
The 2014 annual conference is timed to coincide with commemorations of the outbreak of the First World War – « The Great War » of its generation.

Salisbury has been chosen as the venue because of its convenient location for many military museums, two of them associated with weapons inconceivable without metals, the Bovington Tank Museum, and the Museum of Army Flying at Middle Wallop. Sunday 5th Oct will be available for Museum Visits. Salisbury City Hall is itself a Memorial Hall for the Second World War.

The scope of the conference is not limited to any particular historical or pre-historical period. Although any relevant contribution will be considered, the organisers are particularly hoping for papers on the following themes:

– Developments in metallurgy arising from particular military needs.
– Developments in weapons or military organisation arising from metallurgical innovation.

– Developments in the organisation and management of metal/metal artefact production required as a result of urgent military demands.

Offers of papers or posters are welcome on any of these themes.  The conference language will be English. There will be facilities available for posters and time will be allocated for a poster session. The maximum size for posters is A0 (841 x 1189mm – upright/portrait format).

Abstracts for papers and posters should be submitted by 28th February 2014. Abstracts should be sent by e-mail to HMSannualconf[at]hist-met.org in Word format and should be no longer than 250 words. Please include the name and affiliation of all authors and indicate the presenting author in bold letters.

Alternatively you can send abstracts by mail to:
Eddie Birch, 1 Fields End, Oxspring, Sheffield, S36 8WH

For more information please contact mejbirch[at]aol.com or HMSannualconf[at]hist-met.org.

 
Booking forms will be available online http://hist-met.org/ from early 2014.

Colloque International – Des machines et des Hommes

Colloque international organisé par le Centre Historique Minier du Nord-Pas-de-Calais.
Des Machines et des Hommes : émergence et mise en oeuvre des innovations techniques dans les mines de charbons.
 
19-20 novembre 2012
Centre Historique Minier du Nord-Pas-de-Calais, Lewarde
 
Programme du colloque : Voir le fichier lié
Bulletin d’inscription : Voir le fichier lié

Conférence de la National Association of Mining History Organisations

Conférence de la National Association of Mining History Organisations (NAMHO).
« Mining Legacies : examining the impact of historic mineral working and ore processing on land, landscapes and perceptions of place. »
 
28 juin – 1er juillet 2013
Aberystwyth University, Royaume-uni.

1er appel à contribution : Voir le fichier lié