Archives par mot-clé : Métaux

TRAMIN 2018 – Appel à contribution

La soumission des résumés pour le colloque TRAMIN2018 est ouverte jusqu’au 10 juin.

TRAMIN2018 est un colloque international et interdisciplinaire portant sur les « Trajectoires socio-environnementales des territoires miniers ». Il se tiendra à Chambéry du 15 au 17 octobre 2018 et sera suivi d’une excursion dans la vallée de la Maurienne le 18 octobre.

Plus d’informations sur le site : https://tramin2018.sciencesconf.org/

Appel à contribution

Call for abstracts

Template

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 6e séance

La 6e séance des RIMs se tiendra le jeudi 15 mars 2018 à la MAE de Nanterre entre 13h00 et 17h30 (salle 211G).

Adresse : Université de Paris Nanterre, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre

Programme :

Ce que la micro histoire apporte à l’histoire de la métallurgie médiévale

Catherine Verna (Université Paris 8 – EA 1571 Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés)

L’organisation spatiale d’un atelier métallurgique au Moyen Empire (Egypte, Ayn Soukhna) : croisement des sources archéologique, expérimentale, ethnographique et iconographique.

Georges Verly (Royal Museum of Art and History Brussels – EACOM)

La production du fer dans les campagnes de Gaule romaine : quelques pistes de réflexions à partir des exemples de la forêt de Sillé (Sarthe) et du site de Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne)

Florian Sarreste (Eveha – études et valorisation archéologiques / EA 3811 – Université de Poitiers)

Soutenance de thèse – Julien Flament

Julien Flament a le plaisir de vous annoncer la soutenance de sa thèse de doctorat en histoire médiévale intitulée « Les métallurgies associées de la fin du XIIIe siècle au XVe siècle : l’argent, les cuivres et le plomb à Castel-Minier (Ariège, France) ».

La thèse sera présentée et soutenue publiquement le lundi 4 décembre 2017 à 14h au Centre International Universitaire pour la Recherche de l’Université d’Orléans (Hôtel Dupanloup). Elle sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés (réponse souhaitée avant le 27/11/2017).

Télécharger l’invitation ici.

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux – 5ème séance

La 5e séance des RIMs se tiendra le jeudi 19 octobre 2017 à la MAE de Nanterre entre 13h00 et 17h30.

Adresse : Université de Paris Nanterre, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre

Programme :

  • Les ateliers métallurgiques à Pompéi: état des lieux et découvertes récentes – Nicolas Monteix (Université de Rouen – GRHIS EA 3831)
  • Les apports complémentaires de l’archéométallurgie et de la conservation-restauration à l’étude archéologique des épées damassées du haut Moyen âge – Aurélie Rogalla von Bieberstein (Archaeoconcept Conservation)
  • L’organisation technique et sociale de la production argentifère en Languedoc médiéval : approche multi-scalaire de l’entreprise à l’espace minier – Nicolas Minvielle (Université Aix Marseille – LA3M CNRS UMR 7298)

« Quatre mille ans d’histoire du cuivre. Fragments d’une suite de rebonds »

Un nouvel un ouvrage collectif sur le cuivre :

QUATRE MILLE ANS D’HISTOIRE DU CUIVRE

Fragments d’une suite de rebonds

sous la direction de Michel Pernot

Il s’agit du premier volume de la collection THEA, co-éditée par Ausonius Editions et les Presses universitaires de Bordeaux.

Sommaire et détails à télécharger ici.

Une présentation du livre sera faite par Michel Pernot aux
‘Rendez-Vous de l’Histoire’ de Blois lors d’une conférence intitulée :
« Entre rôle fonctionnel et symbolique, 40 siècles d’usage du cuivre »
(vendredi 6 octobre à 17h30).

Nov 2017 – Öztunalı 2017 International Symposium on Geoarchaeology, Ancient Mining and Metallurgy. Istanbul Turkey

Du 1 er novembre au 5 novembre 2017,  l’universite d’Istanbul (Dpt of Geological Engineering) et le  Deutsches Bergbau-Museum Bochum co-organisent une conférence internationale en géoarchéologie, archéologie minière et paléométallurgie. Cette conférence est dédiée au Prof.  Öztunalı  de l’université d’Istanbul, spécialiste des études archéométallurgiques en Anatolie.

Frais d’inscription réduits pour une inscription avant le 1 er juin

Soumission des résumés : avant le 15 juin

Plus d’informations sur le site officiel.

Mai 2017 – Freiburg Workshop – Regio Mineralia

Le projet INTERREG Regio Mineralia. Aux origines de la culture industrielle dans le Rhin supérieur a débuté le 1er septembre 2016 pour 3 ans.
Piloté depuis le CRESAT (Pierre Fluck, Joseph Gauthier) à l’Université de Haute-Alsace, il regroupe 7 partenaires principaux et 10 partenaires associés, dont la SAFEMM.
Les objectifs poursuivies concernent l’histoire et l’archéologie des mines médiévales du Rhin supérieur, l’étude environnementale des vestiges miniers et la valorisation des résultats de la recherche scientifique auprès du grand public en partenariat avec le secteur associatif.
Après une première rencontre à Mulhouse/Wegscheid en octobre 2016, une seconde journée d’étude aura lieu à Freiburg-im-Breigau les 5 et 6 mai 2017.
Voir le programme en pdf : ici.

Contact : joseph[point]gauthier[at]uha[point]fr.

Inscription : http://doodle.com/poll/aksudq6kziyts968.

Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) – jeudi 4 mai 2017

La 4e séance des RIMs se tiendra le jeudi 4 mai 2017 de 13h30 à 17h30 à l’Université Paris Nanterre, MAE, salle 1, Rez-de-jardin.
Entrée libre.

Au programme :

Joseph GAUTHIER (UHA-CRESAT-EA 3436, CNRS-LMC-IRAMAT-UMR5060)
La dynamique minière médiévale dans le Rhin supérieur : approche multi-scalaire et interdisciplinaire

Julien FLAMENT (IRAMAT-CEB, UMR5060)
La métallurgie extractive de l’argent au Moyen Âge. Apports de l’archéométrie à la compréhension des chaines opératoires. L’exemple pyrénéen de Castel-Minier (XIIIe-XVe s.)

Guillaume SARAH (IRAMAT-CEB, UMR5060)
La composition des monnaies au temps du monométallisme argent médiéval (VIIe-XIIe siècles). Essai de reconstruction sur la longue durée

Téléchargez le programme et les résumés des communications.

Organisation et contacts : Philippe Dillmann1, Maxime L’Héritier2, Gaspard Pagès3
1 philippe.dillmann@cea.fr ; Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (LAPA ; NIMBE UMR3685 CEA/CNRS et IRAMAT UMR5060 CNRS)
2 maxime.l_heritier@univ-paris8.fr ; Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS – EA 1571 – Université Paris 8)
3 gaspard.pages@mae.u-paris10.fr ; Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn – UMR7041 – CNRS)

Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux (RIMs) ont pour but de constituer un lieu d’échanges et de discussion autour des recherches menées sur les métallurgies et les métaux dans les sociétés anciennes. Les aires chrono-culturelles concernées s’étendent de l’Orient à l’Occident et de la fin de la Préhistoire à l’Époque moderne. Les approches interdisciplinaires fondées sur l’exploitation croisée des sources archéologiques, textuelles, ethnographiques et archéométriques y sont privilégiées. Ainsi, les séances sont destinées à promouvoir la combinaison et l’interaction des disciplines et des sources pour alimenter les grandes problématiques qui mobilisent la communauté scientifique et auxquelles les métallurgies participent : essor, déclin, mutation, transfert, innovation, appropriation, contrôle, commercialisation, circulation, datation, stratégie économique, gestion des ressources, mentalité/perception des matériaux et des savoir-faire. Les Rencontres Interdisciplinaires sur les Métaux se présentent donc comme un outil de recherche à la fois méthodologique et historique. Elles se déroulent deux fois par an au sein de l’une des institutions d’Ile de France encadrant ces rencontres : Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération (NIMBE UMR3685 CEA/CNRS et IRAMAT UMR5060 CNRS), le laboratoire Histoire des Pouvoirs, Savoirs et Sociétés (HPSS, EA1571 de l’Université Paris 8) et le laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité. (ArScAn – UMR7041- CNRS / Université Paris Ouest / Université Paris 1 / MCC).

Soutenance de thèse – Jean Milot

Jean Milot (Université Toulouse Jean-Jaurès) a soutenu sa thèse le lundi 19 décembre. Elle porte sur  l’Utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens : développement méthodologique et applications archéologiques.
Ce travail de thèse a été effectué au sein des laboratoires GET et TRACES de Toulouse, sous la direction de Franck Poitrasson et Sandrine Baron.

Composition du jury :

  • Philippe Dillmann, Directeur de recherche CNRS, IRIMAT/CEA, Paris (rapporteur)
  • Béatrice Luais, Chargée de recherche CNRS, CRPG, Nancy (rapporteur)
  • Sabine Klein, Professeure, Goethe University, Francfort (rapporteur)
  • Didier Béziat, Professeur, Université Paul Sabatier, Toulouse (examinateur)
  • Christian Rico, Maître de conférences, Université Jean Jaurès, Toulouse (examinateur)
  • Anne-Marie Desaulty, Ingénieure au BRGM, Orléans (examinateur)
  • Franck Poitrasson, Directeur de recherche CNRS, GET, Toulouse (directeur de thèse)
  • Sandrine Baron, Chargée de recherche, TRACES, Toulouse (co-directrice de thèse)

Résumé :

L’objectif de ce travail de thèse a été de développer l’utilisation des isotopes du fer pour le traçage des métaux anciens, principalement ferreux. Notre approche méthodologique s’est articulée autour de trois axes majeurs. Le premier axe a consisté à étudier l’influence potentielle des processus métallurgiques sur la composition isotopique du fer des métaux produits. Pour cela, nous avons mesuré la composition isotopique du fer d’échantillons issus d’expérimentations de réduction de minerai de fer en bas fourneau, réalisées sur un site sidérurgique majeur de la période romaine (la Montagne Noire, Sud-Ouest de la France). Le second axe a eu pour objectif de valider ce nouveau traceur en mesurant la composition des isotopes du fer de minerais, scories et objets en fer issus d’un contexte archéologique connu et dont la provenance avait déjà été identifiée par des analyses élémentaires. Nous avons alors mesuré la composition des isotopes du fer de barres de fer principalement retrouvées dans des épaves romaines au large des Saintes-Maries-de-la-Mer (Bouches-du-Rhône, France). Enfin, le troisième axe a eu pour vocation d’estimer la pertinence, mais aussi les limites de ce nouvel outil en l’appliquant à deux terrains archéologiques très différents, où aucune étude de traçage classique n’avait été utilisée précédemment. Ces deux terrains concernaient la sidérurgie ancienne au Togo et la production de plomb argentifère médiévale au Maroc.

Les résultats obtenus montrent que la composition isotopique du fer de la scorie et du métal produit est similaire à celle du minerai correspondant. Il n’y a donc pas de fractionnement des isotopes du fer tout au long de la chaîne opératoire de production de fer. De plus, et contrairement à certains traceurs élémentaires, les isotopes du fer ne sont pas contaminés par la paroi du four très pauvre en cet élément durant la réduction. Ceci permet ainsi d’établir des liens de provenance directs entre un objet en fer et un minerai. L’application de cette méthode de traçage à un contexte archéologique déjà largement étudié a permis de valider les hypothèses de provenance d’objets archéologiques. En outre, les isotopes du fer peuvent être plus discriminants que les éléments en trace car ils permettent notamment de différencier des productions de fer temporellement et géographiquement très proches. Le traçage est ainsi affiné. Enfin, nos résultats préliminaires suggèrent que les analyses des isotopes du fer pourraient également être appliquées à l’étude de la production de métaux non ferreux.

Cette étude offre ainsi de nombreuses perspectives, telles que l’étude de la provenance de pièces de musée étant donné la faible quantité de matière nécessaire, l’établissement d’une base de données de composition isotopique du fer de minerais archéologiques et l’élaboration d’une méthode de traçage commune aux métaux ferreux et non ferreux.